Archives par mot-clé : Uruguay

Signature d’un accord de jumelage entre Le gouvernement de Canelones (Uruguay) et l’Université Paris Nanterre, 09/2019

Crédits : Intendencia de Canelones ; http://www.imcanelones.gub.uy/es/noticias/gobierno-de-canelones-firmo-un-convenio-de-hermanamiento-con-la-universidad-nanterre-de-paris

L’article qui suit est la traduction de la page officielle de l’annonce de l’accord que vous pouvez trouver en Espagnol ici : http://www.imcanelones.gub.uy/es/noticias/gobierno-de-canelones-firmo-un-convenio-de-hermanamiento-con-la-universidad-nanterre-de-paris

Le gouvernement de Canelones a annoncé la signature récente d’un accord de jumelage avec l’Université Paris Nanterre, dans le cadre des recherches menées au Musée archéologique du Professeur Antonio Taddei, avec les découvertes archéologiques provenant des cours d’eau Catalanes du département d’Artigas.

L’objectif de la convention est de développer des programmes d’échanges et de coopération en matière de recherche et d’enseignement dans le domaine de la préhistoire. C’est ainsi que les deux parties s’engagent à échanger des enseignants, des chercheurs et des fonctionnaires, à collaborer à la recherche scientifique, à mener des activités de diffusion et de recherche scientifique.

La signature s’est déroulée dans la salle d’audience Daniel Muñoz, en présence de l’intendant de Canelones, Yamandou Orsi, le célèbre archéologue français Eric Boëda, l’archéologue uruguayenne Mariela Farias, le responsable de la gestion du musée Taddei, Federico López, et le responsable du patrimoine du gouvernement de Canelones, M. Jorge Repetto, entre autres autorités départementales et locales.

Le responsable de la gestion du Musée Taddei, Federico López, a expliqué que la signature de l’accord de jumelage avec l’Université Paris Nanterre donne un cadre plus formel aux recherches de la collection Taddei, qui ont été menées depuis trois ans par l’Université de Nanterre.

Cette journée a été marquée par la signature d’une convention et l’annonce d’une campagne archéologique qui a eu lieu la semaine dernière et qui a donné des résultats très positifs. Nous avons découvert des outils dont on ne connait pas encore l’âge. Dans les prochaines années, nous continuerons à mener des campagnes de recherche afin d’établir un cadre chronologique aux artefacts que le professeur Taddei avait découvert et qui, faute de technologie et de ressources à son époque, n’avaient pu être datés.
 
Quant au Musée Taddei, il a souligné l’importance accordée à la conservation de sa collection, qui est très importante pour le département. C’est un pas de plus vers la mise au point du musée et l’accueil des gens de la meilleure façon”, a assuré Lopez.
 
De même, l’archéologue français Eric Boëda a assuré que la collection Taddei est un bijou pour le département et le pays, et qu’il est donc important de l’analyser et de la mettre en valeur.
 
Enfin, l’intendant de Canelones, Yamandou Orsi, a déclaré avec enthousiasme que ce qui se passe est un fait indescriptible. J’ai l’impression que nous dialoguons avec Taddei et les personnes impliquées dans ces recherches. Notre histoire a fait que Canelones a aujourd’hui cette collection, et c’est une merveille, a indiqué.
 
De son côté, il a déclaré que si la recherche scientifique n’est pas du ressort du Gouvernement départemental, c’est le volet sur le travail identitaire que l’Intendance met en avant sur ce travail de recherche.
 
Pour clore son discours, il revient sur l’importance de ce travail archéologique : « Plus on regarde en arrière, plus on peut regarder l’avenir avec une grande capacité ».
 
Revivez la conférence de presse en regardant la vidéo suivante :
http://www.imcanelones.gub.uy/es/noticias/gobierno-de-canelones-firmo-un-convenio-de-hermanamiento-con-la-universidad-nanterre-de-paris

Article les premiers habitants de la vallée du fleuve Uruguay, Amelie Da Costa

Amélie Da Costa vient de publier un article sur ses recherches en Uruguay sur le site du Bureau du CNRS à Rio de Janeiro.

Vue du fleuve Uruguay depuis Foz de Chapeco (Photo: Amélie da Costa)

Voici les premières de l’article : “Au regard des données actuelles, l’Amérique est le dernier continent à avoir été peuplé par l’homme au cours de la préhistoire entre 25.000 et 30.000 ans avant le présent (BP). La datation de ce premier peuplement ainsi que ses modalités sont au cœur de grandes discussions. Les principaux indices nous permettant de reconstituer le passage des groupes humains, et ayant perdurés au long du temps, sont les outils lithiques qu’ils ont produits et les déchets de leur confection.

En tant que lithicienne, ces outils et déchets en pierre composent ma principale source de données. À partir de la caractérisation de la manière dont les tailleurs de pierre préhistoriques géraient leurs matières premières …” Lisez la suite sur le site du CNRS de Rio.

Orsi recibió al reconocido arqueólogo Eric Boëda

El intendente de Canelones, Yamandú Orsi, recibió en su despacho al reconocido arqueólogo francés Eric Boëda, doctor en etnología, prehistoria y medicina, quien está visitando Canelones junto a la arqueóloga uruguaya Mariela Farias para analizar una de las colecciones más importantes del Uruguay: la colección Taddei. Boëda estará brindando una charla de arqueología en el Museo Arqueológico Prof. Antonio Taddei de la ciudad de Canelones el próximo viernes 7 de setiembre, a las 16:30 horas, junto a la arqueóloga Farias. La arqueóloga uruguaya, que trabaja actualmente en Brasil, contó que en la charla Boëda hablará sobre el poblamiento americano, tema que, según dijo, “está en la arena del debate en este momento”, con nuevos sitios arqueológicos y dataciones que se están llevando a cabo en América del Sur y que están cambiando las viejas perspectivas de entrada del hombre a América. El arqueólogo francés aseguró que el Museo Taddei es una joya que tiene Canelones ya que, según declaró, alberga una colección muy importante que es única, con piezas que no se imaginaba encontrar. “Por eso es muy importante analizar la colección y ponerla en valor”, señaló. El Dr. Eric Boëda está a cargo actualmente de la investigación en Brasil del poblamiento temprano de América. A su vez, estuvo investigando en China, Corea, Vietnam, Camboya, Indonesia, Tailandia, África, Medio Oriente y Francia. En cinco de esos lugares hizo excavaciones y en el resto hizo estudios de las colecciones de materiales arqueológicos de esos países para comprender la diversidad de la humanidad. Por su parte, la arqueóloga Mariela Farias hizo un doctorado en la Universidad Federal de Río Grande, Brasil, donde trabaja actualmente como docente y se encuentra a cargo de una excavación en Piauí, Brasil.

https://www.youtube.com/watch?v=KrAjPxJDfbU