Fete de la science, “casser des cailloux pour bien terminer la journée…” avec Sylvain, 10/2019

Sylvain Soriano est intervenu dans le cadre de la fête de la science au forum des Halles à Paris sous la canopée à deux moments ce samedi 5 octobre 2019.

Et vous, comment aimez-vous bien terminer votre journée, en cassant des cailloux ?

Revivez l’expérience des apprentis chercheurs “Taille de la pierre version…Paléolithique !”

Fête de la Science, Forum des Halles, sous la canopée, Paris, 05/10/19

Sylvain Soriano interviendra dans le cadre de la fête de la science au forum des Halles à Paris sous la canopée à deux moments ce samedi 5 octobre 2019 :
– 18h38 : Objet-Mystère (8 minutes)
– 19h17 : Apprentis chercheurs “Taille de la pierre version…Paléolithique !”
 
Si vous n’êtes pas sur Paris, vous pourrez également suivre la retransmission en direct sur deux canaux :
– sur Science et Vie TV : http://www.science-et-vie.tv/Default.aspx
– sur la chaîne YouTube de l’Esprit Sorcier [Fred, de Fred et Jamy !] : https://www.youtube.com/channel/UCH6rAZUDfVIoVSJjm3vlcnw
 

Conférence-débat Archeologie au Brésil, Ambassade de France au Brésil, 09/2019

Les premiers êtres humains dont nous connaissons l’existence sur le continent américain vivaient au Brésil, plus précisément au Piauí. Les recherches menées dans le Parc National Serra da Capivara le démontrent.

Les fouilles réalisées par des équipes de chercheurs brésiliens et français depuis 2005 permettent d’affirmer que cette région du Brésil était occupée il y a plus de 40 000 ans. Avant ces découvertes, un consensus datait la présence humaine aux Amériques à 12 000 ans.

Ces travaux ainsi que d’autres en cours ont été présentés lors de la Conférence-débat l’Archéologie au Brésil organisée par le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France au Brésil et par l’Institut Français du Brésil.

La conférence a réuni le chercheur Eric Boëda, président de la Commission d’Archéologie des Amériques au Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères ainsi que trois chercheurs responsables de missions archéologiques réalisées en coopération entre la France et le Brésil : Antoine Lourdeau, professeur associé du Muséum d’Histoire Naturelle ; Levy Figuti, professeur et chercheur de l’Université de São Paulo et Sibeli Viana, professeure de l’université PUC-Goiás.

Les scientifiques ont trouvé sur ces différents sites des gravures, des peintures rupestres mais également des outils en pierre utilisés pour creuser, couper et travailler le cuir ou le bois.

Actuellement, trois missions archéologiques françaises sont en cours au Brésil. Celles-ci concernent plus de 60 chercheurs, ouvriers et étudiants français et brésiliens.”

https://br.ambafrance.org/Conference-debat-Archeologie-au-Bresil

Publication ‘The earliest evidence for mechanically delivered projectile weapons in Europe’, Nature Ecology & Evolution, 09/19

Daniele Aureli a le plaisir de vous annoncer la publication d’un article sur les plus anciennes preuves d’armes à projectiles livrées mécaniquement en Europe.

Cliquer ici pour accéder à l’article en ligne.

Abstract

Microscopic analysis of backed lithic pieces from the Uluzzian technocomplex (45–40 thousand yr ago) at Grotta del Cavallo (southern Italy) reveals their use as mechanically delivered projectile weapons, attributed to anatomically modern humans. Use-wear and residue analyses indicate that the lithics were hunting armatures hafted with complex adhesives, while experimental and ethnographic comparisons support their use as projectiles. The use of projectiles conferred a hunting strategy with a higher impact energy and a potential subsistence advantage over other populations and species.

Vidéo “Art on Brazilian rocks tell history of mankind” sur la Serra Capivara, BRésil, 09/2019

A remote region of Brazil’s northeastern countryside offers clues to how mankind arrived in the Americas. Archeologists doing research there since the 1970s say there’s vast evidence the first peoples came to South America much earlier than previously thought. The evidence coming from art left on rocks and caves. CGTN’s Paulo Cabral has more.
https://america.cgtn.com/2019/09/13/art-on-brazilian-rocks-tell-history-of-mankind

Signature d’un accord de jumelage entre Le gouvernement de Canelones (Uruguay) et l’Université Paris Nanterre, 09/2019

Crédits : Intendencia de Canelones ; http://www.imcanelones.gub.uy/es/noticias/gobierno-de-canelones-firmo-un-convenio-de-hermanamiento-con-la-universidad-nanterre-de-paris

L’article qui suit est la traduction de la page officielle de l’annonce de l’accord que vous pouvez trouver en Espagnol ici : http://www.imcanelones.gub.uy/es/noticias/gobierno-de-canelones-firmo-un-convenio-de-hermanamiento-con-la-universidad-nanterre-de-paris

Le gouvernement de Canelones a annoncé la signature récente d’un accord de jumelage avec l’Université Paris Nanterre, dans le cadre des recherches menées au Musée archéologique du Professeur Antonio Taddei, avec les découvertes archéologiques provenant des cours d’eau Catalanes du département d’Artigas.

L’objectif de la convention est de développer des programmes d’échanges et de coopération en matière de recherche et d’enseignement dans le domaine de la préhistoire. C’est ainsi que les deux parties s’engagent à échanger des enseignants, des chercheurs et des fonctionnaires, à collaborer à la recherche scientifique, à mener des activités de diffusion et de recherche scientifique.

La signature s’est déroulée dans la salle d’audience Daniel Muñoz, en présence de l’intendant de Canelones, Yamandou Orsi, le célèbre archéologue français Eric Boëda, l’archéologue uruguayenne Mariela Farias, le responsable de la gestion du musée Taddei, Federico López, et le responsable du patrimoine du gouvernement de Canelones, M. Jorge Repetto, entre autres autorités départementales et locales.

Le responsable de la gestion du Musée Taddei, Federico López, a expliqué que la signature de l’accord de jumelage avec l’Université Paris Nanterre donne un cadre plus formel aux recherches de la collection Taddei, qui ont été menées depuis trois ans par l’Université de Nanterre.

Cette journée a été marquée par la signature d’une convention et l’annonce d’une campagne archéologique qui a eu lieu la semaine dernière et qui a donné des résultats très positifs. Nous avons découvert des outils dont on ne connait pas encore l’âge. Dans les prochaines années, nous continuerons à mener des campagnes de recherche afin d’établir un cadre chronologique aux artefacts que le professeur Taddei avait découvert et qui, faute de technologie et de ressources à son époque, n’avaient pu être datés.
 
Quant au Musée Taddei, il a souligné l’importance accordée à la conservation de sa collection, qui est très importante pour le département. C’est un pas de plus vers la mise au point du musée et l’accueil des gens de la meilleure façon”, a assuré Lopez.
 
De même, l’archéologue français Eric Boëda a assuré que la collection Taddei est un bijou pour le département et le pays, et qu’il est donc important de l’analyser et de la mettre en valeur.
 
Enfin, l’intendant de Canelones, Yamandou Orsi, a déclaré avec enthousiasme que ce qui se passe est un fait indescriptible. J’ai l’impression que nous dialoguons avec Taddei et les personnes impliquées dans ces recherches. Notre histoire a fait que Canelones a aujourd’hui cette collection, et c’est une merveille, a indiqué.
 
De son côté, il a déclaré que si la recherche scientifique n’est pas du ressort du Gouvernement départemental, c’est le volet sur le travail identitaire que l’Intendance met en avant sur ce travail de recherche.
 
Pour clore son discours, il revient sur l’importance de ce travail archéologique : « Plus on regarde en arrière, plus on peut regarder l’avenir avec une grande capacité ».
 
Revivez la conférence de presse en regardant la vidéo suivante :
http://www.imcanelones.gub.uy/es/noticias/gobierno-de-canelones-firmo-un-convenio-de-hermanamiento-con-la-universidad-nanterre-de-paris

Publication ‘The earliest evidence of Acheulian occupation in Northwest Europe and the rediscovery of the Moulin Quignon site, Somme valley, France’, Scientific Reports, 09/2019

David Hérisson a le plaisir de vous annoncer la publication d’un article sur la redécouverte du site de Moulin Quignon, réhabilitant les découvertes de Jacques Boucher de Perthes, les précisant en datant la séquence et les niveaux archéologiques. Ainsi, le site devient le plus ancien gisement Acheuléen connu en Europe du Nord-Ouest. Il pose également la question des capacités des premiers hommes en Europe à coloniser les contrées septentrionales durant les phases périglaciaires.

Pour télécharger l’article, cliquer sur l’image ci-dessous

Abstract

The dispersal of hominin groups with an Acheulian technology and associated bifacial tools into northern latitudes is central to the debate over the timing of the oldest human occupation of Europe. New evidence resulting from the rediscovery and the dating of the historic site of Moulin Quignon demonstrates that the first Acheulian occupation north of 50°N occurred around 670–650 ka ago. The new archaeological assemblage was discovered in a sequence of fluvial sands and gravels overlying the chalk bedrock at a relative height of 40 m above the present-day maximal incision of the Somme River and dated by ESR on quartz to early MIS 16. More than 260 flint artefacts were recovered, including large flakes, cores and five bifaces. This discovery pushes back the age of the oldest Acheulian occupation of north-western Europe by more than 100 ka and bridges the gap between the archaeological records of northern France and England. It also challenges hominin dispersal models in Europe showing that hominins using bifacial technology, such as Homo heidelbergensis, were probably able to overcome cold climate conditions as early as 670–650 ka ago and reasserts the importance of the Somme valley, where Prehistory was born at the end of the 19th century.

Publication ‘A refutation of reported Levallois technology from Guanyindong Cave in South China’, National Science Review, 09/2019

Eric Boëda a le plaisir de vous annoncer la publication d’un article réfutant le recours au concept Levallois dans la grotte de Guanyindong Cave en Chine du Sud, comme proposé par Hu et al., 2019 dans Nature (https://www.nature.com/articles/s41586-018-0710-1).

Pour télécharger l’article, cliquer sur l’image ci-dessous

Abstract

Hu et al. (Nature, 2019, 565: 82-85) recently reanalyzed the long-curated lithic assemblage from the Guanyindong site in Guizhou Province (South China) and concluded that it reflects a late Middle Pleistocene Levallois stone-tool technology on the basis of new dates and is thus the earliest Levallois in East Asia. If this is true, it will largely change our current knowledge of Levallois technology. However, based upon our own careful examination, we find that the previous studies of this assemblage, which concluded that it falls within a core-flake technocomplex, remains the most reliable interpretation. There is as yet no evidence supporting the occurrence of Levallois technology in China before approximately 50,000 years ago.

Enquêtes archéologiques | Les premiers Américains | ARTE

Sur les traces de l’archéologue belge Peter Eeckhout, une exploration des plus grands chantiers récents et leurs extraordinaires découvertes.

Dans ce volet : au Brésil, une équipe d’archéologues dirigée par Éric Boëda pense avoir découvert un nouveau chapitre dans l’histoire du peuplement de notre planète. Au Brésil, une équipe d’archéologues dirigée par Éric Boëda pense avoir découvert un nouveau chapitre dans l’histoire du peuplement de notre planète. En cherchant à retracer la longue marche d’Homo sapiens, la science avait établi que celui-ci, parti d’Afrique, avait d’abord gagné l’Europe et l’Asie puis rejoint l’Amérique via le détroit de Béring, alors sous les glaces, treize mille ans avant notre ère. Selon Éric Boëda et son équipe, l’homme aurait en fait posé le pied sur le continent américain bien plus tôt, soit vingt-cinq mille ans avant notre ère. Cette découverte modifie totalement l’acte de naissance des premiers Américains.

Série documentaire (France, 2016, 26mn)

Série documentaire disponible jusqu’au 14 août 2019
https://www.youtube.com/watch?v=fHweIARus70

Soutenance de thèse, Viola Schmid, “Les couches C-A de la grotte de Sibudu (KwaZulu-Natal, Afrique du Sud) à la lumière des technologies lithiques du MSA du MIS 5”, tübingen,17/06/19

Nous félicitons Viola Schmid qui a brillamment soutenu sa thèse au Château Hohtentübingen à Tübingen le 17 juin 2019.

Sa thèse a pour intitulé “Les couches C-A de la grotte de Sibudu (KwaZulu-Natal, Afrique du Sud) à la lumière des technologies lithiques du MSA du MIS 5″.

Parution du cahier 1 – Anthropologie des techniques, L’Harmattan, 2019

Résultat d’études originales, cette publication manifeste une dynamique de groupe faisant suite à la tenue, du 28 Mai au 4 Juin 2017, à Chanaudou (Salles-de-Belvès, Dordogne), d’une des réunions scientifiques de l’équipe AnTET-ArScAn, et ses plus proches collaborateurs principalement de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap) et du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN). Il y était apparu que certaines des observations sur l’os et la pierre utilisés du Pléistocène ancien à l’Holocène moyen méritaient d’être publiées dans un état princeps de réflexion pour alimenter la recherche fondamentale.

 

Des procédés techniques inédits, illustrant le recours à des intentions peu manifestes dans la manufacture sont présentés ici, maintenant qu’au plan culturel les assemblages auxquels ils renvoient par leur datation ou leur position chrono-stratigraphique sont bien séquencés ; ces séries que nous étudions justement en tant qu’archéologues et que les groupes humains du passé ont déposées ou mises au rebut. Or, les résolutions d’analyses sont par ailleurs encore suffisamment disparates entre les acteurs de la recherche pour que de la comparaison des collections archéologiques déjà publiées puisse naître, en l’état, l’appréhension de nouveaux particularismes. Plus que dans ce qui renvoie à des identités ou à des savoir-faire en particulier, ce qui nous intéresse alors dans la caractérisation des cultures humaines préhistoriques, en dehors de leurs liens génétiques/génomiques, c’est leur rapport à la technique. En quoi l’Homme a-t-il vraiment été indépendant des technologies qu’il aura su mettre en œuvre collectivement pour subsister ? Il apparaît ici que ce serait dans le rapport à la technique que pourraient être rechercher quelques-uns des facteurs de l’évolution culturelle, en Préhistoire. Au point d’envisager par ce paradigme la possibilité de prendre toute la mesure du degré d’attraction qu’aura pu avoir la technicité sur les populations par le Passé. Les logiques techniques mises en évidence d’après les productions suggèrent que les individus ont déjà pu chercher à se promouvoir les uns par rapport aux autres à travers la réalisation matérielle. C’est dans cette idée de circonscrire la nature, le rôle et l’importance des techniques dans les cultures préhistoriques, ce qui guide notre recherche au quotidien, qu’ont été réunies ici diverses études, fruits d’analyses menées en laboratoire et sur le terrain.

 

Par ce premier volume, nous souhaitons donc témoigner de l’intérêt à intégrer les multiples dimensions portées par l’artéfact, autant pour sa valeur patrimoniale comme vestige matériel des sociétés du Passé, que pour les ouvertures qu’il propose au plan heuristique, comme témoin mémoriel des pratiques anthropologiques ; ce qui conduit aussi à explorer l’ancrage épistémologique de notre discipline. Dans cet objectif, l’ouvrage s’est construit pour offrir un espace de liberté où la parole a été laissée entière.

Sommaire

Liste des contributeurs

Avant-propos

par Éva DAVID

— 1 —

La technologie préhistorique par l’équipe AnTET, vers une nouvelle épistémè ?

par Hubert FORESTIER

— 2 —

Réintroduire la dimension de l’Être pour renouveler l’interprétation de son évolution culturelle

par Marcos Paulo DE MELO RAMOS et Éric BOËDA

— 3 —

L’acquisition de la Pression à la béquille courbe, seulement une question d’habileté ?

par Éva DAVID, Mikkel SØRENSEN, Simon DIEMER, Fabio SANTANIELLO et Svein VATSVÅG NIELSEN

— 4 —

Intégrer le temps long pour mieux appréhender le changement technique en Préhistoire

par Éric BOËDA

— 5 —

De la pierre au métal : le dernier chapitre de l’histoire techno-génésiaque des outils tranchants

par Francesca MANCLOSSI

— 6 —

Vers une ontologie de la technique en Préhistoire

par Antonio PÉREZ BALAREZO et Éric BOËDA

— 7 —

Quelques remarques sur les concepts technologiques de Simondon en Préhistoire

par Xavier GUCHET

— 8 —

Le débitage laminaire des derniers chasseurs-cueilleurs de la Puna de Jujuy (Argentine)

par Rodolphe HOGUIN

— 9 —

Réflexions sur la notion de qualité des matières premières dans l’interprétation des productions lithiques

par Fabio SANTANIELLO et Stefano GRIMALDI

— 10 —

Un néandertalien qui avait plus d’un coup de percuteur dans son sac ! Le procédé de l’éclat-punch

par Sylvain SORIANO

— 11 —

Le « coup de Houdan » : un procédé particulier chez les néandertaliens ?

par Marine MASSOULIÉ

— 12 —

Un racloir « demi-Quina » dans le Moustérien d’Europe septentrionale

par Éric Nelson AHMED-DELACROIX, avec les collaborations de Émilie FENCKE, Sébastien KREUTZER, Quentin BORDERIE et Sylvain SORIANO

— 13 —

Fonctions constituantes et schèmes d’utilisation de deux outils moustériens de Cantalouette II (France)

par Laurence BOURGUIGNON, Ignacio CLEMENTE CONTE et Millán Mozota Holgueras

Glossaire

Schèmes de structuration du débitage observés dans l’exploitation des nucléus en Préhistoire

Conventions d’usage dans la représentation graphique de l’artéfact lithique

La retouche lithique dans quelques-uns de ses différents aspects

Synopsis chronologique des thématiques de l’ouvrage et références correspondantes

Publication “Hafting of Middle Paleolithic tools in Latium (central Italy): New data from Fossellone and Sant’Agostino caves”, PLOS ONE, 06/19

Sylvain Soriano a le plaisir de vous annoncer la publication d’un article concernant l’analyse de résidus organiques interprétés comme du mastic d’emmanchement sur des outils lithiques du Paléolithique moyen récent d’Italie centrale.

Degano I., Soriano S., Villa P., Pollarolo L., Lucejko J.J., Jacobs Z., Douka K., Vitagliano S. et Tozzi C., 2019, « Hafting of Middle Paleolithic tools in Latium (central Italy): New data from Fossellone and Sant’Agostino caves », PLOS ONE, vol. 14, n° 6, p. e0213473.

Le DOI ci-dessous renvoie sur l’article en open access :
https://doi.org/10.1371/journal.pone.0213473

Abstract
Hafting of stone tools was an important advance in the technology of the Paleolithic. Evidence of hafting in the Middle Paleolithic is growing and is not limited to points hafted on spears for thrusting or throwing. This article describes the identification of adhesive used for hafting on a variety of stone tools from two Middle Paleolithic caves in Latium, Fossellone Cave and Sant’Agostino Cave. Analysis of the organic residue by gas chromatography/mass spectrometry shows that a conifer resin adhesive was used, in one case mixed with
beeswax. Contrary to previous suggestions that the small Middle Paleolithic tools of Latium could be used by hand and that hafting was not needed since it did not improve their functionality,
our evidence shows that hafting was used by Neandertals in central Italy. Ethnographic evidence indicates that resin, which dries when exposed to air, is generally warmed by exposure to a small fire thus softened to be molded and pushed in position in the haft.
The use of resin at both sites suggests regular fire use, as confirmed by moderate frequencies of burnt lithics in both assemblages. Lithic analysis shows that hafting was applied to a variety of artifacts, irrespective of type, size and technology. Prior to our study evidence of hafting in the Middle Paleolithic of Italy was limited to one case only.

Séminaire transversal de l’École Doctorale 395, Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, 28/05/2019

La prochaine séance des séminaires transversaux de l’école doctorale 395 aura lieu le mardi 28 mai 2019 de 12h à 16h
à la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie (MAE) en salle 2 du RDJ.

Nous aurons le plaisir d’entendre et de discuter les présentations suivantes :
Antonio Pérez (préhistoire) « Étude techno-fonctionnelle des industries lithiques du Pléistocène Final (~15000-13500 cal AP) dans l’Ouest de l’Amérique du Sud : le cas de la côte du Pérou »
– Nadia Pla (histoire médiévale) « Les secrets des femmes dévoilés. Visions croisées de la culture savante et de la culture commune sur
le fonctionnement et les dysfonctionnements du corps féminin au Moyen Âge »
– Fatma Belhedi (histoire de l’art) « Parler apatride dans les œuvres des poètes et artistes roumains d’expression française : Tristan Tzara, Isidore Isou et Gherasim Luca »

Discutante doctorante :
Simona Pastor (histoire de l’art)
Discutante enseignant-chercheur :
Charlotte Lerouge-Cohen (MCF HDR histoire ancienne)

Venez nombreux !!
Ce séminaire vous permet d’obtenir des ECTS.

Vous pouvez télécharger l’affiche du séminaire ci-dessous :