Archives par mot-clé : Technologie lithique

Workshop Loess and Archaeology, Aachen University, Germany, 27-29/11/19

Le workshop international “Loess and Archeology” se tiendra du 28 au 29 novembre 2019 à Aachen en Allemagne. Vous pouvez télécharger la liste des communications ici.

David Hérisson présentera une communication intitulée “Etricourt-Manancourt (Somme, France) : A reference loess sequence and archaeological site for the last 350 ka” et dont vous pouvez lire le résumé ci-dessous.

12 th International Symposium on Knappable Materials, Hungarian National Museum, Budapest, 18-22/11/19

Le prochain International Symposium on Knappable Materials aura lieu du 18 au 22 novembre 2019 au Hungarian National Museum à Budapest (Hongrie). Vous pouvez retrouver le programme complet et les résumés des communications ici.

Sophie Clément présentera à cette occasion un communication intitulée “Like a prehistoric knapper… experimental knapping facing archaeological assemblage” dont vous pouvez lire le résumé ci-dessous.

Publication ‘The earliest evidence for mechanically delivered projectile weapons in Europe’, Nature Ecology & Evolution, 09/19

Daniele Aureli a le plaisir de vous annoncer la publication d’un article sur les plus anciennes preuves d’armes à projectiles livrées mécaniquement en Europe.

Cliquer ici pour accéder à l’article en ligne.

Abstract

Microscopic analysis of backed lithic pieces from the Uluzzian technocomplex (45–40 thousand yr ago) at Grotta del Cavallo (southern Italy) reveals their use as mechanically delivered projectile weapons, attributed to anatomically modern humans. Use-wear and residue analyses indicate that the lithics were hunting armatures hafted with complex adhesives, while experimental and ethnographic comparisons support their use as projectiles. The use of projectiles conferred a hunting strategy with a higher impact energy and a potential subsistence advantage over other populations and species.

Publication ‘The earliest evidence of Acheulian occupation in Northwest Europe and the rediscovery of the Moulin Quignon site, Somme valley, France’, Scientific Reports, 09/2019

David Hérisson a le plaisir de vous annoncer la publication d’un article sur la redécouverte du site de Moulin Quignon, réhabilitant les découvertes de Jacques Boucher de Perthes, les précisant en datant la séquence et les niveaux archéologiques. Ainsi, le site devient le plus ancien gisement Acheuléen connu en Europe du Nord-Ouest. Il pose également la question des capacités des premiers hommes en Europe à coloniser les contrées septentrionales durant les phases périglaciaires.

Pour télécharger l’article, cliquer sur l’image ci-dessous

Abstract

The dispersal of hominin groups with an Acheulian technology and associated bifacial tools into northern latitudes is central to the debate over the timing of the oldest human occupation of Europe. New evidence resulting from the rediscovery and the dating of the historic site of Moulin Quignon demonstrates that the first Acheulian occupation north of 50°N occurred around 670–650 ka ago. The new archaeological assemblage was discovered in a sequence of fluvial sands and gravels overlying the chalk bedrock at a relative height of 40 m above the present-day maximal incision of the Somme River and dated by ESR on quartz to early MIS 16. More than 260 flint artefacts were recovered, including large flakes, cores and five bifaces. This discovery pushes back the age of the oldest Acheulian occupation of north-western Europe by more than 100 ka and bridges the gap between the archaeological records of northern France and England. It also challenges hominin dispersal models in Europe showing that hominins using bifacial technology, such as Homo heidelbergensis, were probably able to overcome cold climate conditions as early as 670–650 ka ago and reasserts the importance of the Somme valley, where Prehistory was born at the end of the 19th century.

Publication ‘A refutation of reported Levallois technology from Guanyindong Cave in South China’, National Science Review, 09/2019

Eric Boëda a le plaisir de vous annoncer la publication d’un article réfutant le recours au concept Levallois dans la grotte de Guanyindong Cave en Chine du Sud, comme proposé par Hu et al., 2019 dans Nature (https://www.nature.com/articles/s41586-018-0710-1).

Pour télécharger l’article, cliquer sur l’image ci-dessous

Abstract

Hu et al. (Nature, 2019, 565: 82-85) recently reanalyzed the long-curated lithic assemblage from the Guanyindong site in Guizhou Province (South China) and concluded that it reflects a late Middle Pleistocene Levallois stone-tool technology on the basis of new dates and is thus the earliest Levallois in East Asia. If this is true, it will largely change our current knowledge of Levallois technology. However, based upon our own careful examination, we find that the previous studies of this assemblage, which concluded that it falls within a core-flake technocomplex, remains the most reliable interpretation. There is as yet no evidence supporting the occurrence of Levallois technology in China before approximately 50,000 years ago.

Parution du cahier 1 – Anthropologie des techniques, L’Harmattan, 2019

Résultat d’études originales, cette publication manifeste une dynamique de groupe faisant suite à la tenue, du 28 Mai au 4 Juin 2017, à Chanaudou (Salles-de-Belvès, Dordogne), d’une des réunions scientifiques de l’équipe AnTET-ArScAn, et ses plus proches collaborateurs principalement de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap) et du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN). Il y était apparu que certaines des observations sur l’os et la pierre utilisés du Pléistocène ancien à l’Holocène moyen méritaient d’être publiées dans un état princeps de réflexion pour alimenter la recherche fondamentale.

 

Des procédés techniques inédits, illustrant le recours à des intentions peu manifestes dans la manufacture sont présentés ici, maintenant qu’au plan culturel les assemblages auxquels ils renvoient par leur datation ou leur position chrono-stratigraphique sont bien séquencés ; ces séries que nous étudions justement en tant qu’archéologues et que les groupes humains du passé ont déposées ou mises au rebut. Or, les résolutions d’analyses sont par ailleurs encore suffisamment disparates entre les acteurs de la recherche pour que de la comparaison des collections archéologiques déjà publiées puisse naître, en l’état, l’appréhension de nouveaux particularismes. Plus que dans ce qui renvoie à des identités ou à des savoir-faire en particulier, ce qui nous intéresse alors dans la caractérisation des cultures humaines préhistoriques, en dehors de leurs liens génétiques/génomiques, c’est leur rapport à la technique. En quoi l’Homme a-t-il vraiment été indépendant des technologies qu’il aura su mettre en œuvre collectivement pour subsister ? Il apparaît ici que ce serait dans le rapport à la technique que pourraient être rechercher quelques-uns des facteurs de l’évolution culturelle, en Préhistoire. Au point d’envisager par ce paradigme la possibilité de prendre toute la mesure du degré d’attraction qu’aura pu avoir la technicité sur les populations par le Passé. Les logiques techniques mises en évidence d’après les productions suggèrent que les individus ont déjà pu chercher à se promouvoir les uns par rapport aux autres à travers la réalisation matérielle. C’est dans cette idée de circonscrire la nature, le rôle et l’importance des techniques dans les cultures préhistoriques, ce qui guide notre recherche au quotidien, qu’ont été réunies ici diverses études, fruits d’analyses menées en laboratoire et sur le terrain.

 

Par ce premier volume, nous souhaitons donc témoigner de l’intérêt à intégrer les multiples dimensions portées par l’artéfact, autant pour sa valeur patrimoniale comme vestige matériel des sociétés du Passé, que pour les ouvertures qu’il propose au plan heuristique, comme témoin mémoriel des pratiques anthropologiques ; ce qui conduit aussi à explorer l’ancrage épistémologique de notre discipline. Dans cet objectif, l’ouvrage s’est construit pour offrir un espace de liberté où la parole a été laissée entière.

Sommaire

Liste des contributeurs

Avant-propos

par Éva DAVID

— 1 —

La technologie préhistorique par l’équipe AnTET, vers une nouvelle épistémè ?

par Hubert FORESTIER

— 2 —

Réintroduire la dimension de l’Être pour renouveler l’interprétation de son évolution culturelle

par Marcos Paulo DE MELO RAMOS et Éric BOËDA

— 3 —

L’acquisition de la Pression à la béquille courbe, seulement une question d’habileté ?

par Éva DAVID, Mikkel SØRENSEN, Simon DIEMER, Fabio SANTANIELLO et Svein VATSVÅG NIELSEN

— 4 —

Intégrer le temps long pour mieux appréhender le changement technique en Préhistoire

par Éric BOËDA

— 5 —

De la pierre au métal : le dernier chapitre de l’histoire techno-génésiaque des outils tranchants

par Francesca MANCLOSSI

— 6 —

Vers une ontologie de la technique en Préhistoire

par Antonio PÉREZ BALAREZO et Éric BOËDA

— 7 —

Quelques remarques sur les concepts technologiques de Simondon en Préhistoire

par Xavier GUCHET

— 8 —

Le débitage laminaire des derniers chasseurs-cueilleurs de la Puna de Jujuy (Argentine)

par Rodolphe HOGUIN

— 9 —

Réflexions sur la notion de qualité des matières premières dans l’interprétation des productions lithiques

par Fabio SANTANIELLO et Stefano GRIMALDI

— 10 —

Un néandertalien qui avait plus d’un coup de percuteur dans son sac ! Le procédé de l’éclat-punch

par Sylvain SORIANO

— 11 —

Le « coup de Houdan » : un procédé particulier chez les néandertaliens ?

par Marine MASSOULIÉ

— 12 —

Un racloir « demi-Quina » dans le Moustérien d’Europe septentrionale

par Éric Nelson AHMED-DELACROIX, avec les collaborations de Émilie FENCKE, Sébastien KREUTZER, Quentin BORDERIE et Sylvain SORIANO

— 13 —

Fonctions constituantes et schèmes d’utilisation de deux outils moustériens de Cantalouette II (France)

par Laurence BOURGUIGNON, Ignacio CLEMENTE CONTE et Millán Mozota Holgueras

Glossaire

Schèmes de structuration du débitage observés dans l’exploitation des nucléus en Préhistoire

Conventions d’usage dans la représentation graphique de l’artéfact lithique

La retouche lithique dans quelques-uns de ses différents aspects

Synopsis chronologique des thématiques de l’ouvrage et références correspondantes

Lancement de la collection des cahiers “Anthropologie des techniques” de l’équipe Antet

Le 29 avril 2019, le premier ouvrage collectif de l’équipe AnTET a été remis à Marie-Louise Inizan et Jacques Tixier† en l’honneur de leurs travaux précurseurs en Technologie préhistorique. Sous la forme d’un recueil d’articles, l’ouvrage s’inscrit dans la poursuite de leurs travaux et marque la première parution d’une nouvelle collection intitulée « Anthropologie des techniques ». Proposée par l’équipe AnTET aux éditions L’Harmattan, cette collection vise notamment le réexamen des fondements épistémologiques de la recherche en Préhistoire.



Article les premiers habitants de la vallée du fleuve Uruguay, Amelie Da Costa

Amélie Da Costa vient de publier un article sur ses recherches en Uruguay sur le site du Bureau du CNRS à Rio de Janeiro.

Vue du fleuve Uruguay depuis Foz de Chapeco (Photo: Amélie da Costa)

Voici les premières de l’article : “Au regard des données actuelles, l’Amérique est le dernier continent à avoir été peuplé par l’homme au cours de la préhistoire entre 25.000 et 30.000 ans avant le présent (BP). La datation de ce premier peuplement ainsi que ses modalités sont au cœur de grandes discussions. Les principaux indices nous permettant de reconstituer le passage des groupes humains, et ayant perdurés au long du temps, sont les outils lithiques qu’ils ont produits et les déchets de leur confection.

En tant que lithicienne, ces outils et déchets en pierre composent ma principale source de données. À partir de la caractérisation de la manière dont les tailleurs de pierre préhistoriques géraient leurs matières premières …” Lisez la suite sur le site du CNRS de Rio.

Séminaire “From late Paleolithic to early Mesolithic technologies in southern Italy” A joint-seminar IFAS-Research / Wits University by Giulia Ricci, 27/03/19, Wits University (SOUTH-AFRICA)

Giulia Ricci (Université Paris Nanterre/AnTET) parlera d’évolution des traditions techniques du Paléolithique supérieur final aux débuts du Mésolithique en Italie du Sud à l’université de Wits en Afrique du Sud, le 27 mars 2019 à 13h15, dans l’Origins Building, dans la salle 105 du Origins lecture theatre. Ses recherches sont financées par la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) (Programme ATLAS) et l’IFAS-Recherche.

Pour plus d’infos sur le séminaire, lisez la page dédiée du site de l’IFAS, http://www.ifas.org.za/research/2019/from-late-paleolithic-to-early-mesolithic-technologies-in-southern-italy/.

Atelier d’introduction à la taille (Licence 3ème année)

Pour la première année, un atelier d’introduction à la taille a été proposé aux étudiants de Licence 3 et a été dirigé par les doctorants et docteur en Préhistoire de l’Université de Paris Nanterre. Le stage s’est tenu à la Maison Renée Ginouvès les mercredi 5 et Jeudi 6 décembre 2018.

Continuer la lecture de Atelier d’introduction à la taille (Licence 3ème année)

Intervention autour de Simondon, Leroi-Gourhan et la préhistoire d’Eric Boëda au séminaire annuel PHITECO

Partie 1 de l’intervention autour de Simondon, Leroi-Gourhan et la préhistoire d’Eric Boëda au séminaire annuel PHITECO (Philosophie Technologie Cognition) à l’Université de Technologie de Compiègne.

Plus d’information :
https://sites.google.com/site/mineurphiteco/seminaires-et-ateliers/seminaire-phiteco-2016


Partie 2 de l’intervention autour de Simondon, Leroi-Gourhan et la préhistoire d’Eric Boëda au séminaire annuel PHITECO (Philosophie Technologie Cognition) à l’Université de Technologie de Compiègne.

Plus d’information :
https://sites.google.com/site/mineurphiteco/seminaires-et-ateliers/seminaire-phiteco-2016