Archives par mot-clé : Préhistoire

Vidéo “Art on Brazilian rocks tell history of mankind” sur la Serra Capivara, BRésil, 09/2019

A remote region of Brazil’s northeastern countryside offers clues to how mankind arrived in the Americas. Archeologists doing research there since the 1970s say there’s vast evidence the first peoples came to South America much earlier than previously thought. The evidence coming from art left on rocks and caves. CGTN’s Paulo Cabral has more.
https://america.cgtn.com/2019/09/13/art-on-brazilian-rocks-tell-history-of-mankind

Parution du cahier 1 – Anthropologie des techniques, L’Harmattan, 2019

Résultat d’études originales, cette publication manifeste une dynamique de groupe faisant suite à la tenue, du 28 Mai au 4 Juin 2017, à Chanaudou (Salles-de-Belvès, Dordogne), d’une des réunions scientifiques de l’équipe AnTET-ArScAn, et ses plus proches collaborateurs principalement de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap) et du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN). Il y était apparu que certaines des observations sur l’os et la pierre utilisés du Pléistocène ancien à l’Holocène moyen méritaient d’être publiées dans un état princeps de réflexion pour alimenter la recherche fondamentale.

 

Des procédés techniques inédits, illustrant le recours à des intentions peu manifestes dans la manufacture sont présentés ici, maintenant qu’au plan culturel les assemblages auxquels ils renvoient par leur datation ou leur position chrono-stratigraphique sont bien séquencés ; ces séries que nous étudions justement en tant qu’archéologues et que les groupes humains du passé ont déposées ou mises au rebut. Or, les résolutions d’analyses sont par ailleurs encore suffisamment disparates entre les acteurs de la recherche pour que de la comparaison des collections archéologiques déjà publiées puisse naître, en l’état, l’appréhension de nouveaux particularismes. Plus que dans ce qui renvoie à des identités ou à des savoir-faire en particulier, ce qui nous intéresse alors dans la caractérisation des cultures humaines préhistoriques, en dehors de leurs liens génétiques/génomiques, c’est leur rapport à la technique. En quoi l’Homme a-t-il vraiment été indépendant des technologies qu’il aura su mettre en œuvre collectivement pour subsister ? Il apparaît ici que ce serait dans le rapport à la technique que pourraient être rechercher quelques-uns des facteurs de l’évolution culturelle, en Préhistoire. Au point d’envisager par ce paradigme la possibilité de prendre toute la mesure du degré d’attraction qu’aura pu avoir la technicité sur les populations par le Passé. Les logiques techniques mises en évidence d’après les productions suggèrent que les individus ont déjà pu chercher à se promouvoir les uns par rapport aux autres à travers la réalisation matérielle. C’est dans cette idée de circonscrire la nature, le rôle et l’importance des techniques dans les cultures préhistoriques, ce qui guide notre recherche au quotidien, qu’ont été réunies ici diverses études, fruits d’analyses menées en laboratoire et sur le terrain.

 

Par ce premier volume, nous souhaitons donc témoigner de l’intérêt à intégrer les multiples dimensions portées par l’artéfact, autant pour sa valeur patrimoniale comme vestige matériel des sociétés du Passé, que pour les ouvertures qu’il propose au plan heuristique, comme témoin mémoriel des pratiques anthropologiques ; ce qui conduit aussi à explorer l’ancrage épistémologique de notre discipline. Dans cet objectif, l’ouvrage s’est construit pour offrir un espace de liberté où la parole a été laissée entière.

Sommaire

Liste des contributeurs

Avant-propos

par Éva DAVID

— 1 —

La technologie préhistorique par l’équipe AnTET, vers une nouvelle épistémè ?

par Hubert FORESTIER

— 2 —

Réintroduire la dimension de l’Être pour renouveler l’interprétation de son évolution culturelle

par Marcos Paulo DE MELO RAMOS et Éric BOËDA

— 3 —

L’acquisition de la Pression à la béquille courbe, seulement une question d’habileté ?

par Éva DAVID, Mikkel SØRENSEN, Simon DIEMER, Fabio SANTANIELLO et Svein VATSVÅG NIELSEN

— 4 —

Intégrer le temps long pour mieux appréhender le changement technique en Préhistoire

par Éric BOËDA

— 5 —

De la pierre au métal : le dernier chapitre de l’histoire techno-génésiaque des outils tranchants

par Francesca MANCLOSSI

— 6 —

Vers une ontologie de la technique en Préhistoire

par Antonio PÉREZ BALAREZO et Éric BOËDA

— 7 —

Quelques remarques sur les concepts technologiques de Simondon en Préhistoire

par Xavier GUCHET

— 8 —

Le débitage laminaire des derniers chasseurs-cueilleurs de la Puna de Jujuy (Argentine)

par Rodolphe HOGUIN

— 9 —

Réflexions sur la notion de qualité des matières premières dans l’interprétation des productions lithiques

par Fabio SANTANIELLO et Stefano GRIMALDI

— 10 —

Un néandertalien qui avait plus d’un coup de percuteur dans son sac ! Le procédé de l’éclat-punch

par Sylvain SORIANO

— 11 —

Le « coup de Houdan » : un procédé particulier chez les néandertaliens ?

par Marine MASSOULIÉ

— 12 —

Un racloir « demi-Quina » dans le Moustérien d’Europe septentrionale

par Éric Nelson AHMED-DELACROIX, avec les collaborations de Émilie FENCKE, Sébastien KREUTZER, Quentin BORDERIE et Sylvain SORIANO

— 13 —

Fonctions constituantes et schèmes d’utilisation de deux outils moustériens de Cantalouette II (France)

par Laurence BOURGUIGNON, Ignacio CLEMENTE CONTE et Millán Mozota Holgueras

Glossaire

Schèmes de structuration du débitage observés dans l’exploitation des nucléus en Préhistoire

Conventions d’usage dans la représentation graphique de l’artéfact lithique

La retouche lithique dans quelques-uns de ses différents aspects

Synopsis chronologique des thématiques de l’ouvrage et références correspondantes

Séminaire transversal de l’École Doctorale 395, Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent, Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie, 28/05/2019

La prochaine séance des séminaires transversaux de l’école doctorale 395 aura lieu le mardi 28 mai 2019 de 12h à 16h
à la Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie (MAE) en salle 2 du RDJ.

Nous aurons le plaisir d’entendre et de discuter les présentations suivantes :
Antonio Pérez (préhistoire) « Étude techno-fonctionnelle des industries lithiques du Pléistocène Final (~15000-13500 cal AP) dans l’Ouest de l’Amérique du Sud : le cas de la côte du Pérou »
– Nadia Pla (histoire médiévale) « Les secrets des femmes dévoilés. Visions croisées de la culture savante et de la culture commune sur
le fonctionnement et les dysfonctionnements du corps féminin au Moyen Âge »
– Fatma Belhedi (histoire de l’art) « Parler apatride dans les œuvres des poètes et artistes roumains d’expression française : Tristan Tzara, Isidore Isou et Gherasim Luca »

Discutante doctorante :
Simona Pastor (histoire de l’art)
Discutante enseignant-chercheur :
Charlotte Lerouge-Cohen (MCF HDR histoire ancienne)

Venez nombreux !!
Ce séminaire vous permet d’obtenir des ECTS.

Vous pouvez télécharger l’affiche du séminaire ci-dessous :

Lancement de la chaîne Youtube de l’équipe AnTET

Nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement de la chaîne Youtube de l’équipe AnTET.

Vous y retrouverez pour l’instant deux playlists :

  • Un air AnTET : cette playlist regroupe toutes les vidéos disponibles sur Youtube qui ont été réalisées par des équipes de tournage et de production hors de l’équipe AnTET et pour lesquelles au moins un des membres de l’équipe AnTET a pris part au tournage.
  • Les fouilles d’AnTET : cette playlist regroupe les vidéos tournées et montées par l’équipe AnTET, sur des fouilles dirigées par un membre de l’équipe AnTET ou sur des fouilles dont au moins un des membres de l’équipe scientifique est rattaché à l’équipe AnTET.

Vous pouvez aussi retrouver toutes ces productions audiovisuelles ainsi que d’autres hébergées sur d’autre plate-forme que Youtube dans la rubrique vidéo de ce carnet de recherche.

Nous espérons que ces vidéo vous feront voyager dans des contrées aussi éloignées que fascinantes et que vous y découvrirez la richesse des recherches menées au sein de l’équipe, sous un jour plus vivant et incarné que celui de nos publications scientifiques.

Et voici ci-dessous, le premier reportage consacré à la fouille de la Toca da Janela da Barra d’Antonião au Brésil, bon visionnage à tous.


Ce reportage présente la fouille archéologique du site de la Toca da Janela da Barra d’Antonião au Brésil menée par Maria Elida Farias Gluchy (professeur à l’Universidade Federal do Rio Grande) et Eric Boëda (professeur à l’Université Paris Nanterre), et leurs équipes scientifiques. Ces recherches s’inscrivent dans le cadre de la mission archéologique française du Piauí visant à étudier les premiers peuplements en Amérique du Sud. Le tournage a été effectué durant l’été 2018.

This documentary presents the archaeological excavation of the site of Toca da Janela da Barra d’Antonião in Brazil lead by Maria Elida Farias Gluchy (professor at the Universidade Federal do Rio Grande) and Eric Boëda (professor at the Université Paris Nanterre), and their scientific teams. is part of the French archaeological mission of Piauí to study the first settlement in South America. The shooting was done during the summer of 2018.

Sur nos traces – L’homme de Néandertal

Avec la journaliste Nadia Cleitman, partons à travers la France sur les pas des archéologues. Grâce à leurs dernières découvertes, la série « Sur nos traces » emmène petits et grands à la rencontre des hommes du passé, de la Préhistoire au Moyen Âge. 

La série a été diffusé en juin 2013 sur Arte. 
– L’homme de Néandertal

La chaîne Youtue de la série documentaire “Sur nos traces”.

Intervention autour de Simondon, Leroi-Gourhan et la préhistoire d’Eric Boëda au séminaire annuel PHITECO

Partie 1 de l’intervention autour de Simondon, Leroi-Gourhan et la préhistoire d’Eric Boëda au séminaire annuel PHITECO (Philosophie Technologie Cognition) à l’Université de Technologie de Compiègne.

Plus d’information :
https://sites.google.com/site/mineurphiteco/seminaires-et-ateliers/seminaire-phiteco-2016


Partie 2 de l’intervention autour de Simondon, Leroi-Gourhan et la préhistoire d’Eric Boëda au séminaire annuel PHITECO (Philosophie Technologie Cognition) à l’Université de Technologie de Compiègne.

Plus d’information :
https://sites.google.com/site/mineurphiteco/seminaires-et-ateliers/seminaire-phiteco-2016

Orsi recibió al reconocido arqueólogo Eric Boëda

El intendente de Canelones, Yamandú Orsi, recibió en su despacho al reconocido arqueólogo francés Eric Boëda, doctor en etnología, prehistoria y medicina, quien está visitando Canelones junto a la arqueóloga uruguaya Mariela Farias para analizar una de las colecciones más importantes del Uruguay: la colección Taddei. Boëda estará brindando una charla de arqueología en el Museo Arqueológico Prof. Antonio Taddei de la ciudad de Canelones el próximo viernes 7 de setiembre, a las 16:30 horas, junto a la arqueóloga Farias. La arqueóloga uruguaya, que trabaja actualmente en Brasil, contó que en la charla Boëda hablará sobre el poblamiento americano, tema que, según dijo, “está en la arena del debate en este momento”, con nuevos sitios arqueológicos y dataciones que se están llevando a cabo en América del Sur y que están cambiando las viejas perspectivas de entrada del hombre a América. El arqueólogo francés aseguró que el Museo Taddei es una joya que tiene Canelones ya que, según declaró, alberga una colección muy importante que es única, con piezas que no se imaginaba encontrar. “Por eso es muy importante analizar la colección y ponerla en valor”, señaló. El Dr. Eric Boëda está a cargo actualmente de la investigación en Brasil del poblamiento temprano de América. A su vez, estuvo investigando en China, Corea, Vietnam, Camboya, Indonesia, Tailandia, África, Medio Oriente y Francia. En cinco de esos lugares hizo excavaciones y en el resto hizo estudios de las colecciones de materiales arqueológicos de esos países para comprender la diversidad de la humanidad. Por su parte, la arqueóloga Mariela Farias hizo un doctorado en la Universidad Federal de Río Grande, Brasil, donde trabaja actualmente como docente y se encuentra a cargo de una excavación en Piauí, Brasil.

https://www.youtube.com/watch?v=KrAjPxJDfbU

Serra Capivara

O documentário Serra da Capivara, com 40 minutos de duração, aborda diferentes aspectos do Parque Nacional da Serra da Capivara, localizado no sudeste do estado do Piauí. A área está inscrita na Lista do Patrimônio Mundial da UNESCO e abriga um dos mais ricos sítios arqueológicos do mundo, com destaque especial para o rico acervo de pinturas rupestres. Ao longo do documentário, personagens reais contam a história da criação do Parque e falam sobre os impactos econômicos e sociais na região após sua implementação. O filme descreve ainda o percurso da arqueóloga Niéde Guidon e de pesquisadores da Fundação Museu do Homem Americano (FUMDHAM) no desenvolvimento de trabalhos científicos de ponta e de ações sociais que dinamizam e contribuem para o desenvolvimento da comunidade local.

https://youtu.be/9576H-X39J8

Rencontres d’Air Moderne et de Préhistoire Africaine, Université Paris Nanterre, 17-18/12/18

Rencontres d’Air Moderne et de Préhistoire Africaine – Meetings of Modern Air and African Prehistory

Lundi 17 et Mardi 18 décembre 2018

Université Paris Nanterre, Amphithéâtre de la Maison Max Weber

Organisées par D. Muianga (UEM, Mozambic), G. Porraz (CNRS, UMR7041), C.Verna (CNRS, UMR7194)

 

« L’Afrique des origines » se laisse voir de bien des façons mais c’est en particulier l’Art et les Traditions de ce continent qui nous font toucher sa singularité et son universalité. Cet art et ces traditions mettent en mouvement des modes de représentation et des savoir-faire dont la modernité et l’ancienneté sont confondantes. Les Rencontres d’Air Moderne et de Préhistoire Africaine sont une invitation à penser les héritages culturels et biologiques des sociétés africaines depuis l’apparition des hommes et femmes Homo sapiens il y a environ 300,000 ans. D’un bout à l’autre de cet immense continent, ces hommes et ces femmes se sont adaptés et se sont transformés au gré d’expériences qui ont joué un rôle déterminant dans l’histoire et l’évolution de notre espèce. Des chercheurs de toutes disciplines de l’Archéologie préhistorique présentent leur actualité et composent librement sur l’air moderne des sociétés africaines du Pléistocène et de l’Holocène.

“African origins” can be routed in many different ways but this is more particularly the Art and the Traditions of this continent that give us access to its singularity and universality. This Art and these Traditions provide insights into past representations and knowledge that surprise by their modernity and antiquity. The meeting of Modern Air and African Prehistory invites participants to discuss the cultural, cognitive and biological origins of African populations since the appearance of Homo sapiens men and women approximately 300ky. On a continental scale, groups adapted to diverse environments and shared experiences that have been crucial to modern human evolutionary history. Researchers from all fields of Prehistoric archaeology present their research andcompose on the modern air of Pleistocene and Holocene African societies.

Retrouvez en téléchargement l’ensemble des informations et les résumés des communications dans le programme des rencontres ici.

Contacts :

Decio Muianga (University Eduardo Mondlane, & Kaleidoscopio, – Research in Public Policy and Culture, Mozambique) d.muianga@kaleidoscopio.co.mz

Guillaume Porraz (CNRS, UMR 7041 ArScAn-AnTET) guillaume.porraz@mae.u-paris10.fr

Christine Verna (CNRS – UMR7194 Museum d’Histoire Naturelle, Musée de l’Homme, France) christine.verna@mnhn.fr

Plan d’accès/Map

Liens/Links :

http://www.kaleidoscopio.co.mz/
http://www.arscan.fr/antet/
http://hnhp.cnrs.fr/

Conférence C. Schwab “La Préhistoire au Musée d’Archéologie nationale de 1867 au début du XXe siècle”, MAN, 08/12/18

La Société des Amis du musée d’Archéologie nationale vous propose d’assister à une conférence :

La Préhistoire au Musée d’Archéologie nationale de 1867 au début du XX e siècle
Par Catherine Schwab, Conservateur en chef du Patrimoine chargée des collections paléolithiques et mésolithiques au Musée d’Archéologie nationale, UMR 7041 ArScAn – Ethnologie préhistorique


Dès son ouverture, en 1867, le Musée d’Archéologie nationale expose des collections de faune, d’industrie et d’art mobilier préhistoriques.
La présentation de ce jeune domaine scientifique a d’ailleurs modifié la destination de l’établissement qui, à l’origine, devait être un Musée Gallo-Romain.

Nous verrons ensemble comment ces objets dits “antédiluviens” ont été exposés et présentés au public, dans le cadre des premières salles consacrées à la Gaule de la période des alluvions quaternaires et de l’époque des cavernes.


Samedi 8 décembre 2018, à 10 h 30
Auditorium du Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain–en-Laye
Place Charles de Gaulle –- Saint-Germain-en-Laye

Conférence gratuite pour les adhérents, sur présentation de la carte – 5 € pour les non-adhérents

RÉSERVATION PAR MEL A L’ADRESSE : resa.saman@gmail.com

Fabien Durand
Responsable de la mission du développement culturel,
de la communication et du numérique
T : 01 39 10 13 18

Conférences et ateliers “speed searching” au Musée de l’Homme 01/12/18

Grand public

Le samedi 1er décembre de 14h30 à 18h, les chercheurs s’adresseront au grand public lors des conférences et d’ateliers “speed searching”.

Vous découvrirez toutes les facettes de ces sociétés de chasseurs-cueilleurs du Paléolithique en interrogeant les scientifiques et en leur posant toutes vos questions.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Retrait des billets une demi-heure avant l’événement pour la rencontre débat.
> Réservation possible en ligne sur : billetterie.museedelhomme.fr

14h30 – 15h30
Connaître pour la première fois –  Jean-Claude Ameisen

Nous n’aurons de cesse d’explorer
Et la fin de toutes nos explorations
Sera d’arriver à l’endroit d’où nous sommes partis
Et de connaître le lieu pour la première fois.
TS Eliot.

 Aller à la rencontre de cet immense passé qui nous a donné naissance. Ce passé qui continue de vivre en nous, parce que nous sommes ce qu’il est devenu. Ce passé que nous ne cessons de transformer.

Le revisiter. Le découvrir comme si c’était la première fois. En oubliant ce que nous croyions déjà en savoir. Mais en sachant que nous y inscrirons inévitablement des empreintes de notre présent. Qu’il s’agira toujours d’un passé en perpétuel devenir.

Argile du passé que l’aujourd’hui sculpte à son gré.  Et n’a jamais fini [de sculpter].
Borges.

 Jean-Claude Ameisen est un médecin, immunologiste et chercheur français en biologie. Il est directeur du Centre d’études du vivant de l’Institut des humanités de Paris de l’université Paris Diderot et a été président du Comité consultatif national d’éthique (2012-2016).
Il publie plusieurs ouvrages de vulgarisation et anime l’émission de radio de France Inter Sur les épaules de Darwin.

16h-17h
Pré-histoires : à la conquête des territoires – Nicolas Teyssandier & Stéphanie Thiébault

> Conférence organisée à l’occasion de la sortie du livre Pré-histoires, la conquête des territoires, cherche-midi/CNRS

Depuis des centaines de milliers d’années, l’humanité produit des outils, échange des biens et des gènes, s’approprie de nouveaux milieux et les transforme. Du berceau africain jusqu’au peuplement du Grand Nord et des Amériques, de nouveaux territoires ont été conquis, des continents découverts, des bras de mer traversés, des îles colonisées, des cimes gravies. Cette conquête a abouti à l’adaptation des humains à de multiples environnements, qui ont façonné leurs sociétés. Puisque l’évolution de l’humanité est aussi la prodigieuse histoire d’une conquête planétaire, on suit les pas de nos ancêtres à travers la grande diversité des milieux qu’ils ont traversés, modelés et au sein desquels ils ont laissé leurs empreintes

15h-17h30
En parallèle, dans l’atrium du Musée de l’Homme, les chercheurs rencontreront le grand public lors d’ateliers “speed searching”.

Venez à la rencontre des spécialistes de l’évolution humaine, préhistoriens, philosophes, anthropologues, et de leurs objets d’étude : vestiges humains préhistoriques, outils en pierre taillée ou encore objets d’art.

  • Guillaume Porraz vous enseignera comment restituer les gestes des tailleurs de pierres. Laboratoire : Archéologies et Sciences de l’Antiquité (ArScAn – CNRS / Université Paris Nanterre / Université Panthéon Sorbonne / Ministère de la Culture)
  • Isabelle Crevecoeur vous fera découvrir comment il est possible de faire parler les ossements pour mieux cerner les modes de vie de nos ancêtres. Laboratoire : de la Préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie (PACEA – CNRS / Université de Bordeaux / Ministère de la Culture)
  • Sandrine Prat vous expliquera de l’apparition et du développement des premiers outils. Laboratoire : Histoire naturelle de l’Homme préhistorique (HNHP – CNRS/MNHN/Université de Perpignan via Domitia)
  • Antoine Balzeau vous emmènera au cœur du cerveau humain, et posera la question de son évolution, de Cro-Magnon à Homo sapiens. Laboratoire : Histoire naturelle de l’Homme préhistorique (HNHP – CNRS/MNHN/Université de Perpignan via Domitia)
  • Paul Verdu abordera avec vous ce que raconte la génétique sur la modernité d’Homo sapiens. Laboratoire : Eco-Anthropologie et Ethnobiologie (EAE – CNRS / MNHN)
  • Evelyne Heyer échangera avec vous sur la façon dont la culture influe sur la diversité génétique. Laboratoire : Eco-Anthropologie et Ethnobiologie (EAE – CNRS / MNHN)
  • Eric Robert interrogera la notion d’art à la Préhistoire, et son rapport à la modernité. Laboratoire : Histoire naturelle de l’Homme préhistorique (HNHP – CNRS/MNHN/Université de Perpignan via Domitia)

Au tintement de clochette, changez de chercheur !

Retrouvez l’annonce originale de la journée ici.

Colloque « Modernité et Préhistoire, de l’universalité et de la singularité humaines »

L’Institut écologie et environnement du CNRS en lien avec  le Muséum National d’Histoire naturel organise au Musée de l’Homme les 30 novembre et 1er décembre le colloque « Modernité et Préhistoire, de l’universalité et de la singularité humaines ».

La Préhistoire est partout. Dans les médias, les unes des journaux et dossiers spéciaux se succèdent avec des découvertes toujours plus sensationnelles. Les expositions et les reproductions font accourir le public pressé de découvrir les fresques de Lascaux ou Chauvet. On nous parle d’origine et de plus ancien, de naissance de l’art et des symboles, d’introduction de l’agriculture et de l’élevage, des débuts de l’écriture ou d’émergence de l’état.

A présent, il faut assumer et affronter davantage le rôle politique qui est le nôtre – mission essentielle à la fois à l’égard de la société comme de nous-mêmes en tant que scientifiques, ne serait-ce que pour mieux percevoir combien nos démarches en sont implicitement influencées. Ce sont là les objectifs principaux que nous assignons à ce colloque, conçu comme un espace d’échanges et de réflexions entre les scientifiques et la société.

A noter : la communication de Guillaume Porraz le 30 novembre à 12h30 intitulée “Le couplage technique et symboles depuis l’Afrique Australe“.

Inscription obligatoire – avant le 23 novembre.

Plus d’information sur le site du colloque ici.

Colloque “Toute une (pré)histoire en Somme”, Abbeville, 22-24/11/18

Un état des connaissances

La vallée de la Somme est depuis le XIXe siècle un terrain de première importance pour les problématiques relatives à la connaissance des peuplements et comportements à la préhistoire, que cela concerne les premiers peuplements comme les périodes plus récentes.

Les travaux scientifiques et historiques portant sur la vallée de la Somme et ses terrasses sont nombreux et ont fourni, ces dernières années, des données de première importance.

Depuis plusieurs décennies, les recherches menées sur le terrain, fortement stimulées par les opérations d’archéologie préventive, fournissent un grand nombre de données inédites qui permettent, entre autres, de préciser le cadre chrono-stratigraphique et culturel de la préhistoire de cette région, au regard de celles acquises dans le reste de la France ou dans les pays limitrophes.

Après avoir joué, au milieu du XIXe siècle, un rôle majeur dans la reconnaissance de la préhistoire en tant que discipline scientifique, le bassin de la Somme reste toujours au cœur des problématiques et des recherches sur les premiers peuplements humains en Europe du nord-ouest. Le cadre géologique, chronologique et paléoenvironnemental régional établi à partir des formations fluviatiles et éoliennes est, à ce jour, l’un des mieux connus au monde pour le dernier million d’années.

Ces dernières années, les recherches sur la préhistoire ancienne ont porté sur les premiers peuplements acheuléens (carrières Carpentier et Léon, Moulin Quignon à Abbeville) et sur le gisement de Caours qui livre des informations fondamentales sur l’environnement et les comportements de subsistance des Néandertaliens du dernier interglaciaire. Notre connaissance sur le Paléolithique supérieur est particulièrement bien documentée avec les nouvelles recherches menées sur le gisement gravettien d’Amiens-Renancourt qui livre de nombreuses statuettes féminines en craie, datées de 27 000 ans. Les occupations du Paléolithique final (Belloy-sur-Somme, Saleux, Conty…) et du Mésolithique (La Chaussée-Tirancourt, Hangest-sur-Somme…) ont fait l’objet de nombreux travaux synthétiques qui ont permis de situer de manière précise les occupations archéologiques dans leur contexte paléoéconomique, environnemental et culturel. Les études plus ponctuelles réalisées sur les sites néolithiques (Conty, Villers-Carbonnel, Bettencourt-Saint-Ouen…) ou protohistoriques témoignent d’un riche potentiel régional qui reste encore à exploiter pour une meilleure connaissance des peuplements récents de la vallée de la Somme à l’aube des temps historiques.

Ce territoire occupe également une place à part dans les études historiques portant sur les sciences de l’Homme et spécialement la construction de la préhistoire depuis le milieu du XIXe siècle. Autour des années 1850-60, la vallée de la Somme fut un des lieux de cristallisation des nouveaux questionnements autour de la haute antiquité de l’Homme. Certaines figures locales, comme Jacques Boucher de Perthes, ou sites, comme Saint-Acheul ou Moulin Quignon, représentent autant de jalons, qui mériteraient d’être réinterrogés à l’aune des derniers résultats de la recherche historienne. Au-delà des aspects strictement factuels ou biographiques, les découvertes faites à Amiens et Abbeville et leurs acteurs (locaux, nationaux, français, anglais) ont joué un rôle essentiel sur le plan épistémologique en orientant les pratiques et concepts fondateurs des sciences préhistoriques en Europe.

Objet scientifique, la préhistoire en vallée de Somme est aussi un objet patrimonial que ce soit à travers ses sites ou ses collections archéologiques dispersées en France et à l’étranger. En effet, ces pièces ont longtemps servi d’arguments et de vecteurs de communication au profit de la préhistoire émergente. Le mouvement actuel de valorisation de ces collections dites « historiques » est source de nouvelles problématiques scientifiques dans une perspective totalement pluridisciplinaire associant préhistoriens, historiens, archivistes, conservateurs. L’apport de l’histoire de l’archéologie préhistorique à la connaissance actuelle en préhistoire est une des questions vives.

Ce colloque pluridisciplinaire se fixe pour objectif premier d’établir un état des connaissances et des questions actuelles dans les domaines des études préhistoriques et de l’histoire de la préhistoire, à partir des travaux conduits et des découvertes réalisées. Il entend participer à la construction d’un point d’étape mais aussi mettre en lumière les interactions récentes et fructueuses entre préhistoire et histoire sur le plan de la recherche et de la valorisation des collections.

En complément, ce colloque sera l’occasion de se pencher sur la question de la préhistoire dans la cité, c’est-à-dire sur son ancrage territorial et social. Le chantier archéologique est souvent une réalité urbaine et appartient donc au quotidien des habitants d’Abbeville ou d’Amiens. L’appropriation passée et présente de la préhistoire par les populations locales – dès les années 1850 se développe un tourisme préhistorique – ou à travers des infrastructures de diffusion des connaissances (jardin archéologique de Saint-Acheul, Parc de Samara) est un phénomène à prendre en considération.

Il mérite d’être interrogé selon des perspectives variées (patrimonialisation, découpage territorial, médiation, offre culturelle et touristique, développement économique, implication des collectivités locales, etc.) et à travers une approche comparative, à une échelle géographique plus large. La question de l’intégration du patrimoine préhistorique dans l’économie et le tissu social des régions ayant joué un rôle phare dans la formation et le développement de la préhistoire constitue en soi une question qui permettra de confronter les expériences diverses (grottes ornées en Nouvelle Aquitaine ou en Occitanie, monuments mégalithiques en Bretagne, etc.).

Trois thèmes généraux sont donc définis pour cet appel à communications :

1. La vallée de la Somme comme référence dans la connaissance des peuplements et comportements à la préhistoire.

2. La vallée de la Somme comme modèle au XIXe siècle dans la construction de la préhistoire en tant que discipline.

3. La préhistoire (science, sites, collections, patrimoine, diffusion) comme élément structurant et de développement des territoires.

A noter, une communication le jeudi 22 novembre à 15h par David Hérisson et al., “Contribution des données de la Vallée de la Somme à la connaissance du Paléolithique inférieur et moyen“, le résumé est à lire ici.

Pour plus d’informations, allez sur le site du colloque :

https://pre-histoire.sciencesconf.org/