Archives par mot-clé : Paléolithique supérieur

Découverte d’une nouvelle Vénus gravettienne à Renancourt, Amiens, 04/12/19

Cliché Stéphane Lancelot, Inrap.
Cliché Stéphane Lancelot, Inrap.

Sur le site gravettien de Renancourt à Amiens, une nouvelle vénus en craie a été mise au jour par l’équipe dirigée par Clément Paris (Inrap ; CNRS-UMR7041, équipe Ethnologie préhistorique) cet été. Elle vient d’être présentée lors d’une conférence de presse donnée à la mairie d’Amiens ce matin du 4 décembre 2019.

Dans ce cadre, David Hérisson (CNRS-UMR7041, équipe AnTET) a procédé de la numérisation 3D de cette vénus avec la collaboration de Maxence Toubin. L’ensemble des vénus du gisement de Renancourt ont été numérisées en 3D et vous pouvez retrouver la méthode de numérisation 3D utilisée dans un poster téléchargeable ici.

Vous pouvez retrouver plus de détails sur la découverte de la vénus présentée ce jour dans le communiqué de presse qui est téléchargeable ici.

Vidéo par France 3 Hauts-de-France, reportage de J.-P. Delance, N. Corselle, S. Dufour. Avec Clément Paris, préhistorien à l’Inrap, et Pascal Depaepe, directeur scientifique régional à l’Inrap.
Avec la vidéo de la numérisation 3D réalisée par Maxence Toubin et David Hérisson.

https://www.youtube.com/watch?v=ui7wKzemtDk&list=PLWgcSvx-NdnIQR52u-X4z1EYDeXv_acHe

Publication ‘The earliest evidence for mechanically delivered projectile weapons in Europe’, Nature Ecology & Evolution, 09/19

Daniele Aureli a le plaisir de vous annoncer la publication d’un article sur les plus anciennes preuves d’armes à projectiles livrées mécaniquement en Europe.

Cliquer ici pour accéder à l’article en ligne.

Abstract

Microscopic analysis of backed lithic pieces from the Uluzzian technocomplex (45–40 thousand yr ago) at Grotta del Cavallo (southern Italy) reveals their use as mechanically delivered projectile weapons, attributed to anatomically modern humans. Use-wear and residue analyses indicate that the lithics were hunting armatures hafted with complex adhesives, while experimental and ethnographic comparisons support their use as projectiles. The use of projectiles conferred a hunting strategy with a higher impact energy and a potential subsistence advantage over other populations and species.

Parution du cahier 1 – Anthropologie des techniques, L’Harmattan, 2019

Résultat d’études originales, cette publication manifeste une dynamique de groupe faisant suite à la tenue, du 28 Mai au 4 Juin 2017, à Chanaudou (Salles-de-Belvès, Dordogne), d’une des réunions scientifiques de l’équipe AnTET-ArScAn, et ses plus proches collaborateurs principalement de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap) et du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN). Il y était apparu que certaines des observations sur l’os et la pierre utilisés du Pléistocène ancien à l’Holocène moyen méritaient d’être publiées dans un état princeps de réflexion pour alimenter la recherche fondamentale.

 

Des procédés techniques inédits, illustrant le recours à des intentions peu manifestes dans la manufacture sont présentés ici, maintenant qu’au plan culturel les assemblages auxquels ils renvoient par leur datation ou leur position chrono-stratigraphique sont bien séquencés ; ces séries que nous étudions justement en tant qu’archéologues et que les groupes humains du passé ont déposées ou mises au rebut. Or, les résolutions d’analyses sont par ailleurs encore suffisamment disparates entre les acteurs de la recherche pour que de la comparaison des collections archéologiques déjà publiées puisse naître, en l’état, l’appréhension de nouveaux particularismes. Plus que dans ce qui renvoie à des identités ou à des savoir-faire en particulier, ce qui nous intéresse alors dans la caractérisation des cultures humaines préhistoriques, en dehors de leurs liens génétiques/génomiques, c’est leur rapport à la technique. En quoi l’Homme a-t-il vraiment été indépendant des technologies qu’il aura su mettre en œuvre collectivement pour subsister ? Il apparaît ici que ce serait dans le rapport à la technique que pourraient être rechercher quelques-uns des facteurs de l’évolution culturelle, en Préhistoire. Au point d’envisager par ce paradigme la possibilité de prendre toute la mesure du degré d’attraction qu’aura pu avoir la technicité sur les populations par le Passé. Les logiques techniques mises en évidence d’après les productions suggèrent que les individus ont déjà pu chercher à se promouvoir les uns par rapport aux autres à travers la réalisation matérielle. C’est dans cette idée de circonscrire la nature, le rôle et l’importance des techniques dans les cultures préhistoriques, ce qui guide notre recherche au quotidien, qu’ont été réunies ici diverses études, fruits d’analyses menées en laboratoire et sur le terrain.

 

Par ce premier volume, nous souhaitons donc témoigner de l’intérêt à intégrer les multiples dimensions portées par l’artéfact, autant pour sa valeur patrimoniale comme vestige matériel des sociétés du Passé, que pour les ouvertures qu’il propose au plan heuristique, comme témoin mémoriel des pratiques anthropologiques ; ce qui conduit aussi à explorer l’ancrage épistémologique de notre discipline. Dans cet objectif, l’ouvrage s’est construit pour offrir un espace de liberté où la parole a été laissée entière.

Sommaire

Liste des contributeurs

Avant-propos

par Éva DAVID

— 1 —

La technologie préhistorique par l’équipe AnTET, vers une nouvelle épistémè ?

par Hubert FORESTIER

— 2 —

Réintroduire la dimension de l’Être pour renouveler l’interprétation de son évolution culturelle

par Marcos Paulo DE MELO RAMOS et Éric BOËDA

— 3 —

L’acquisition de la Pression à la béquille courbe, seulement une question d’habileté ?

par Éva DAVID, Mikkel SØRENSEN, Simon DIEMER, Fabio SANTANIELLO et Svein VATSVÅG NIELSEN

— 4 —

Intégrer le temps long pour mieux appréhender le changement technique en Préhistoire

par Éric BOËDA

— 5 —

De la pierre au métal : le dernier chapitre de l’histoire techno-génésiaque des outils tranchants

par Francesca MANCLOSSI

— 6 —

Vers une ontologie de la technique en Préhistoire

par Antonio PÉREZ BALAREZO et Éric BOËDA

— 7 —

Quelques remarques sur les concepts technologiques de Simondon en Préhistoire

par Xavier GUCHET

— 8 —

Le débitage laminaire des derniers chasseurs-cueilleurs de la Puna de Jujuy (Argentine)

par Rodolphe HOGUIN

— 9 —

Réflexions sur la notion de qualité des matières premières dans l’interprétation des productions lithiques

par Fabio SANTANIELLO et Stefano GRIMALDI

— 10 —

Un néandertalien qui avait plus d’un coup de percuteur dans son sac ! Le procédé de l’éclat-punch

par Sylvain SORIANO

— 11 —

Le « coup de Houdan » : un procédé particulier chez les néandertaliens ?

par Marine MASSOULIÉ

— 12 —

Un racloir « demi-Quina » dans le Moustérien d’Europe septentrionale

par Éric Nelson AHMED-DELACROIX, avec les collaborations de Émilie FENCKE, Sébastien KREUTZER, Quentin BORDERIE et Sylvain SORIANO

— 13 —

Fonctions constituantes et schèmes d’utilisation de deux outils moustériens de Cantalouette II (France)

par Laurence BOURGUIGNON, Ignacio CLEMENTE CONTE et Millán Mozota Holgueras

Glossaire

Schèmes de structuration du débitage observés dans l’exploitation des nucléus en Préhistoire

Conventions d’usage dans la représentation graphique de l’artéfact lithique

La retouche lithique dans quelques-uns de ses différents aspects

Synopsis chronologique des thématiques de l’ouvrage et références correspondantes

Rencontre scientifique CIFRE/ANRT «Paléoanthropologie et préhistoire : les origines de l’homme», Paris, 5/02/19

Le service Cifre de l’ANRT (Association Nationale de la Recherche et de la Technologie) organise une rencontre scientifique sous la présidence scientifique du Professeur Yves Coppens, portant sur le thème « Paléoanthropologie et préhistoire : les origines de l’homme ».

Continuer la lecture de Rencontre scientifique CIFRE/ANRT «Paléoanthropologie et préhistoire : les origines de l’homme», Paris, 5/02/19

Fouilles archéologiques à Trigance : découverte d’un mode de vie datant de la préhistoire

Chaque année, sur le site du pré au Laure dans le Haut Var, des fouilles archéologiques sont organisés l’été. L’occasion pour une trentaine d’étudiants français mais aussi originaires d’Afrique du Sud, du Pakistan ou du Mozambique  de découvrir le mode de vie des habitants depuis la préhistoire.

Intervenants :
– Guillaume Porraz Chargé de recherche au CNRS et co-responsable Co-responsable du projet de fouille à la vallée du Jabron
– Anthonin Tomasso Post-doctorant à l’Université de Liège et co-responsable du projet de fouilles à la vallée du Jabron.

Equipe de tournage/montage : Valentin LEROUX & Didier BEAUMONT

Colloque “Toute une (pré)histoire en Somme”, Abbeville, 22-24/11/18

Un état des connaissances

La vallée de la Somme est depuis le XIXe siècle un terrain de première importance pour les problématiques relatives à la connaissance des peuplements et comportements à la préhistoire, que cela concerne les premiers peuplements comme les périodes plus récentes.

Les travaux scientifiques et historiques portant sur la vallée de la Somme et ses terrasses sont nombreux et ont fourni, ces dernières années, des données de première importance.

Depuis plusieurs décennies, les recherches menées sur le terrain, fortement stimulées par les opérations d’archéologie préventive, fournissent un grand nombre de données inédites qui permettent, entre autres, de préciser le cadre chrono-stratigraphique et culturel de la préhistoire de cette région, au regard de celles acquises dans le reste de la France ou dans les pays limitrophes.

Après avoir joué, au milieu du XIXe siècle, un rôle majeur dans la reconnaissance de la préhistoire en tant que discipline scientifique, le bassin de la Somme reste toujours au cœur des problématiques et des recherches sur les premiers peuplements humains en Europe du nord-ouest. Le cadre géologique, chronologique et paléoenvironnemental régional établi à partir des formations fluviatiles et éoliennes est, à ce jour, l’un des mieux connus au monde pour le dernier million d’années.

Ces dernières années, les recherches sur la préhistoire ancienne ont porté sur les premiers peuplements acheuléens (carrières Carpentier et Léon, Moulin Quignon à Abbeville) et sur le gisement de Caours qui livre des informations fondamentales sur l’environnement et les comportements de subsistance des Néandertaliens du dernier interglaciaire. Notre connaissance sur le Paléolithique supérieur est particulièrement bien documentée avec les nouvelles recherches menées sur le gisement gravettien d’Amiens-Renancourt qui livre de nombreuses statuettes féminines en craie, datées de 27 000 ans. Les occupations du Paléolithique final (Belloy-sur-Somme, Saleux, Conty…) et du Mésolithique (La Chaussée-Tirancourt, Hangest-sur-Somme…) ont fait l’objet de nombreux travaux synthétiques qui ont permis de situer de manière précise les occupations archéologiques dans leur contexte paléoéconomique, environnemental et culturel. Les études plus ponctuelles réalisées sur les sites néolithiques (Conty, Villers-Carbonnel, Bettencourt-Saint-Ouen…) ou protohistoriques témoignent d’un riche potentiel régional qui reste encore à exploiter pour une meilleure connaissance des peuplements récents de la vallée de la Somme à l’aube des temps historiques.

Ce territoire occupe également une place à part dans les études historiques portant sur les sciences de l’Homme et spécialement la construction de la préhistoire depuis le milieu du XIXe siècle. Autour des années 1850-60, la vallée de la Somme fut un des lieux de cristallisation des nouveaux questionnements autour de la haute antiquité de l’Homme. Certaines figures locales, comme Jacques Boucher de Perthes, ou sites, comme Saint-Acheul ou Moulin Quignon, représentent autant de jalons, qui mériteraient d’être réinterrogés à l’aune des derniers résultats de la recherche historienne. Au-delà des aspects strictement factuels ou biographiques, les découvertes faites à Amiens et Abbeville et leurs acteurs (locaux, nationaux, français, anglais) ont joué un rôle essentiel sur le plan épistémologique en orientant les pratiques et concepts fondateurs des sciences préhistoriques en Europe.

Objet scientifique, la préhistoire en vallée de Somme est aussi un objet patrimonial que ce soit à travers ses sites ou ses collections archéologiques dispersées en France et à l’étranger. En effet, ces pièces ont longtemps servi d’arguments et de vecteurs de communication au profit de la préhistoire émergente. Le mouvement actuel de valorisation de ces collections dites « historiques » est source de nouvelles problématiques scientifiques dans une perspective totalement pluridisciplinaire associant préhistoriens, historiens, archivistes, conservateurs. L’apport de l’histoire de l’archéologie préhistorique à la connaissance actuelle en préhistoire est une des questions vives.

Ce colloque pluridisciplinaire se fixe pour objectif premier d’établir un état des connaissances et des questions actuelles dans les domaines des études préhistoriques et de l’histoire de la préhistoire, à partir des travaux conduits et des découvertes réalisées. Il entend participer à la construction d’un point d’étape mais aussi mettre en lumière les interactions récentes et fructueuses entre préhistoire et histoire sur le plan de la recherche et de la valorisation des collections.

En complément, ce colloque sera l’occasion de se pencher sur la question de la préhistoire dans la cité, c’est-à-dire sur son ancrage territorial et social. Le chantier archéologique est souvent une réalité urbaine et appartient donc au quotidien des habitants d’Abbeville ou d’Amiens. L’appropriation passée et présente de la préhistoire par les populations locales – dès les années 1850 se développe un tourisme préhistorique – ou à travers des infrastructures de diffusion des connaissances (jardin archéologique de Saint-Acheul, Parc de Samara) est un phénomène à prendre en considération.

Il mérite d’être interrogé selon des perspectives variées (patrimonialisation, découpage territorial, médiation, offre culturelle et touristique, développement économique, implication des collectivités locales, etc.) et à travers une approche comparative, à une échelle géographique plus large. La question de l’intégration du patrimoine préhistorique dans l’économie et le tissu social des régions ayant joué un rôle phare dans la formation et le développement de la préhistoire constitue en soi une question qui permettra de confronter les expériences diverses (grottes ornées en Nouvelle Aquitaine ou en Occitanie, monuments mégalithiques en Bretagne, etc.).

Trois thèmes généraux sont donc définis pour cet appel à communications :

1. La vallée de la Somme comme référence dans la connaissance des peuplements et comportements à la préhistoire.

2. La vallée de la Somme comme modèle au XIXe siècle dans la construction de la préhistoire en tant que discipline.

3. La préhistoire (science, sites, collections, patrimoine, diffusion) comme élément structurant et de développement des territoires.

A noter, une communication le jeudi 22 novembre à 15h par David Hérisson et al., “Contribution des données de la Vallée de la Somme à la connaissance du Paléolithique inférieur et moyen“, le résumé est à lire ici.

Pour plus d’informations, allez sur le site du colloque :

https://pre-histoire.sciencesconf.org/

Réunion scientifique de l’équipe AnTET 12-13/11.2018

La réunion scientifique de l’équipe AnTET s’est déroulée du 12 au 13 novembre 2018 au sein du bâtiment Max Weber sur l’université de Paris Nanterre.

Comme tous les ans, au-delà de la discussion des aspects administratifs et de gestion, la réunion a permis à tous les étudiants, doctorants, post-doctorants, enseignant-chercheurs et chercheurs de l’équipe AnTET d’échanger autour de l’avancée des travaux de chacun et faire un point sur les projets personnels et collectifs en cours et à venir.

Marine Massoulié nous a présenté les avancées de sa thèse intitulée “Le seuil de Bourgogne : interface culturelle au Paléolithique moyen récent ?”. Elle a particulièrement mis l’accent sur le site de La Mouillée, situé à Saint Quentin sur Nohain.

Marine Massoulié

Daniele Aureli a fait un bilan complet de ses activités de recherche intitulé “En remontant le temps: des lamelles uluziennes aux petits outils du Paléolithique inférieur dans le Sud de la péninsule italienne”. Il y a fait la part belle aux résultats obtenus au sein du programme ERCThe earliest migration of Homo sapiens in Europe and implications for Neandertal extinction”. Daniele a présenté ensuite les résultats obtenus sur :

Daniele Aureli

Sylvain Soriano a fait un point sur ses recherches menées en Italie en collaboration avec Paola Villa sur les gisements de Sedia del Diavolo et de Monte delle Gioie. Les analyses ont été menées de 2011 à 2015 dans le cadre d’un programme de recherche intitulé “Stability and change in Neandertal technology from MIS 9 to MIS 3 in Central Italy”, financé par la National Foundation Science. Les résultats obtenus ont été publiés récemment dans PLOS One (cf l’article à lire) et rebattent les cartes dans le débat actuel sur l’apparition et les premières occurrences du débitage Levallois en Italie, et plus particulièrement dans la région de Rome.

Sylvain Soriano

Giullia Ricci a présenté les résultats de sa thèse menée en co-tutelle avec l’université de Pise, intitulée “Tradition et innovations techniques chez les chasseurs-cueilleurs de la fin du Paléolithique et du Mésolithique ancien. Transformations techniques et stratégies techno-économiques des productions lithiques à partir de cas d’études en Italie du Sud”, et qu’elle a récemment et brillamment soutenue. Les résultats comme les perspectives sont prometteurs et invitent notamment à une analyse plus fine et large des ensembles classés sous l’étiquette d’Epipaléolithique indifférencié.

Giullia Ricci

Elise Cormarèche a fait un point sur son projet et ses avancées de thèse portant sur “Les comportements techniques du Gravettien dans leur cadre paléoécologique : des industries lithiques aux systèmes économiques”. Ses études s’appuient sur un corpus de quatre sites majeurs pour le Gravettien :

  • l’abri Pataud, Les Eyzies de Tayac, Dordogne, vallée de la Vézère
  • l’abri des Peyrugues, Orniac, Lot, vallée du Célé
  • le Taillis des Coteaux, Antigny, Vienne, vallée de la Gartempe
  • le Blot, Cerzat, Haute Loire, vallée de l’Allier

Elise Cormarèche

David Hérisson a présenté deux programmes de recherche ciblés sur deux secteurs géographiques français : le Poitou-Charentes d’une part et les Hauts-de-France d’autre part. Le premier projet vise à développer les recherches autour des premières occupations du seuil du Poitou, suite aux découvertes majeures faites sur le gisement de La Grande Vallée (Paléolithique inférieur ; cf le dernier article publié). Le second est un Projet Collectif de Recherches qui a vu le jour en 2018 et est coordonné par Emilie Goval (DRAC Hauts-de-France). Dénommé PaléHauts, ce projet a pour objectif l’ “enrichissement du cadre chronostratigraphique et archéologique des sites paléolithiques historiquement et récemment découverts en Hauts-de-France”.

David Hérisson

Louis De Weyer a présenté les résultats qu’il a obtenu sur le site de Nalai situé dans le bassin de Bose (Chine). Ses recherches ont été menées dans le cadre d’un post-doctorat passé dans le laboratoire de l’université Sun-Yat Sen à Guangzhou en Chine. Son projet visait notamment à identifier les changements chronologiques dans une région marquée par une “stagnation technique” durant le Pléistocène moyen et supérieur.

Louis De Weyer

Eric Boëda a poursuivi et clôturé les communications sur la Chine en présentant quatre sites dont ceux de Longuppo et de Renzidong. Ces sites attestent d’une très ancienne occupation de la Chine, plutôt continue, depuis plus de 2 millions d’années. Ces occupations posent la question des dynamiques des tout premiers peuplement de l’Asie et de l’Afrique et les relations ou l’absence de relation entre les deux continents.

Eric Boëda