Archives par mot-clé : Moustérien

Parution du cahier 1 – Anthropologie des techniques, L’Harmattan, 2019

Résultat d’études originales, cette publication manifeste une dynamique de groupe faisant suite à la tenue, du 28 Mai au 4 Juin 2017, à Chanaudou (Salles-de-Belvès, Dordogne), d’une des réunions scientifiques de l’équipe AnTET-ArScAn, et ses plus proches collaborateurs principalement de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (Inrap) et du Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN). Il y était apparu que certaines des observations sur l’os et la pierre utilisés du Pléistocène ancien à l’Holocène moyen méritaient d’être publiées dans un état princeps de réflexion pour alimenter la recherche fondamentale.

 

Des procédés techniques inédits, illustrant le recours à des intentions peu manifestes dans la manufacture sont présentés ici, maintenant qu’au plan culturel les assemblages auxquels ils renvoient par leur datation ou leur position chrono-stratigraphique sont bien séquencés ; ces séries que nous étudions justement en tant qu’archéologues et que les groupes humains du passé ont déposées ou mises au rebut. Or, les résolutions d’analyses sont par ailleurs encore suffisamment disparates entre les acteurs de la recherche pour que de la comparaison des collections archéologiques déjà publiées puisse naître, en l’état, l’appréhension de nouveaux particularismes. Plus que dans ce qui renvoie à des identités ou à des savoir-faire en particulier, ce qui nous intéresse alors dans la caractérisation des cultures humaines préhistoriques, en dehors de leurs liens génétiques/génomiques, c’est leur rapport à la technique. En quoi l’Homme a-t-il vraiment été indépendant des technologies qu’il aura su mettre en œuvre collectivement pour subsister ? Il apparaît ici que ce serait dans le rapport à la technique que pourraient être rechercher quelques-uns des facteurs de l’évolution culturelle, en Préhistoire. Au point d’envisager par ce paradigme la possibilité de prendre toute la mesure du degré d’attraction qu’aura pu avoir la technicité sur les populations par le Passé. Les logiques techniques mises en évidence d’après les productions suggèrent que les individus ont déjà pu chercher à se promouvoir les uns par rapport aux autres à travers la réalisation matérielle. C’est dans cette idée de circonscrire la nature, le rôle et l’importance des techniques dans les cultures préhistoriques, ce qui guide notre recherche au quotidien, qu’ont été réunies ici diverses études, fruits d’analyses menées en laboratoire et sur le terrain.

 

Par ce premier volume, nous souhaitons donc témoigner de l’intérêt à intégrer les multiples dimensions portées par l’artéfact, autant pour sa valeur patrimoniale comme vestige matériel des sociétés du Passé, que pour les ouvertures qu’il propose au plan heuristique, comme témoin mémoriel des pratiques anthropologiques ; ce qui conduit aussi à explorer l’ancrage épistémologique de notre discipline. Dans cet objectif, l’ouvrage s’est construit pour offrir un espace de liberté où la parole a été laissée entière.

Sommaire

Liste des contributeurs

Avant-propos

par Éva DAVID

— 1 —

La technologie préhistorique par l’équipe AnTET, vers une nouvelle épistémè ?

par Hubert FORESTIER

— 2 —

Réintroduire la dimension de l’Être pour renouveler l’interprétation de son évolution culturelle

par Marcos Paulo DE MELO RAMOS et Éric BOËDA

— 3 —

L’acquisition de la Pression à la béquille courbe, seulement une question d’habileté ?

par Éva DAVID, Mikkel SØRENSEN, Simon DIEMER, Fabio SANTANIELLO et Svein VATSVÅG NIELSEN

— 4 —

Intégrer le temps long pour mieux appréhender le changement technique en Préhistoire

par Éric BOËDA

— 5 —

De la pierre au métal : le dernier chapitre de l’histoire techno-génésiaque des outils tranchants

par Francesca MANCLOSSI

— 6 —

Vers une ontologie de la technique en Préhistoire

par Antonio PÉREZ BALAREZO et Éric BOËDA

— 7 —

Quelques remarques sur les concepts technologiques de Simondon en Préhistoire

par Xavier GUCHET

— 8 —

Le débitage laminaire des derniers chasseurs-cueilleurs de la Puna de Jujuy (Argentine)

par Rodolphe HOGUIN

— 9 —

Réflexions sur la notion de qualité des matières premières dans l’interprétation des productions lithiques

par Fabio SANTANIELLO et Stefano GRIMALDI

— 10 —

Un néandertalien qui avait plus d’un coup de percuteur dans son sac ! Le procédé de l’éclat-punch

par Sylvain SORIANO

— 11 —

Le « coup de Houdan » : un procédé particulier chez les néandertaliens ?

par Marine MASSOULIÉ

— 12 —

Un racloir « demi-Quina » dans le Moustérien d’Europe septentrionale

par Éric Nelson AHMED-DELACROIX, avec les collaborations de Émilie FENCKE, Sébastien KREUTZER, Quentin BORDERIE et Sylvain SORIANO

— 13 —

Fonctions constituantes et schèmes d’utilisation de deux outils moustériens de Cantalouette II (France)

par Laurence BOURGUIGNON, Ignacio CLEMENTE CONTE et Millán Mozota Holgueras

Glossaire

Schèmes de structuration du débitage observés dans l’exploitation des nucléus en Préhistoire

Conventions d’usage dans la représentation graphique de l’artéfact lithique

La retouche lithique dans quelques-uns de ses différents aspects

Synopsis chronologique des thématiques de l’ouvrage et références correspondantes

Soutenance de thèse de Mana Jami Alahmadi, “Analyse technologique et techno-fonctionnelle comparative des faciès moustériens des bordures Est et Sud de la mer Caspienne”, MAE Nanterre, 17/12/18

Mana JAMI ALAHMADI a l’honneur de vous inviter à la soutenance de sa thèse de doctorat, dirigée par Éric Boëda, Professeur à l’Université Paris Nanterre, et intitulée :

“Analyse technologique et techno-fonctionnelle comparative des faciès moustériens des bordures Est et Sud de la mer Caspienne”.

La soutenance aura lieu le lundi 17 décembre à 14h à la Maison Archéologie et Ethnologie, Salle 2, RDJ, 21 Allée de l’université, 92023 Nanterre.

Le jury sera composé de :

Hubert Forestier – Muséum national d’Histoire naturelle

Gilles Berillon – Muséum national d’Histoire naturelle

Sylvain Soriano – Université paris Nanterre

Stéphanie Bonilauri – Muséum national d’Histoire naturelle

Marina Pagli – Conservateur du patrimoine, Service Régional de l’Archéologie des Hauts-de-France, Lille

Elle sera suivie d’un moment de convivialité auquel vous êtes cordialement conviés.

Résumé :

L’Asie du sud-ouest et en particulier le plateau iranien, au croisement de l’Afrique, de l’Europe et de l’Asie, constituent une région assez unique marquée par une histoire longue et diversifiée. Cet espace a souvent été considérée au Paléolithique moyen comme un lieu de passage d’hommes anatomiquement différents : Homo Sapiens et Neandertal. Mais pour plusieurs raisons, les chercheurs ont concentré leurs recherches sur la région du Levant et du Zagros. Le sud et l’est du pourtour de la Mer Caspienne sont en revanche nettement moins étudiés.

Si le Moustérien du Proche-Orient est marqué par la prédominance de débitages de type Levallois, au-delà du Torus à l’ouest de la Caspienne, c’est-à-dire en Azerbaïdjan et en Géorgie, les industries lithiques se caractérisent par des pièces bifaciales dites micoquiennes. Dans ce contexte, que se passe-t-il à l’est et sud de la mer Caspienne entre ces deux grandes aires d’influence ?

Une étude approfondie des outillages lithiques par une approche technologique et techno-fonctionnelle a été menée sur cinq assemblages d’Iran et du Turkménistan. Nous avons pu observer que si à l’est de la mer Caspienne la tradition bifaciale est bien attestée dans certaines industries turkmènes, elle regroupe des systèmes techniques variés. Ces éléments nous invitent donc à faire le lien avec d’autres « techno-complexes » jusqu’à présent moins connus. Il semblerait donc que le Turkménistan et l’est de l’Iran représentent un carrefour où différents complexes techniques ont pu se rencontrer.

Cette diversité de systèmes techniques semble indiquer une complexité plus importante qu’attendue des dynamiques de peuplements pendant le Moustérien. C’est grâce à la mise en évidence de la variabilité technique que l’on tentera de percevoir et de reconstituer ces phénomènes de peuplements et la mobilité des groupes humains préhistoriques dans les espaces qu’ils ont occupés.

 Abstract:

Southwest Asia and in particular the Iranian plateau, at the crossroads of Africa, Europe and Asia, constitute a rather unique area with a long and diversified history. In Middle Paleolithic, the whole region has often been considered as a place for passage of anatomically different humans: Homo Sapiens and Neanderthal. However, for several reasons, researchers focused their activities, on the region of Levant and Zagros, therefore the southern parts and the east of Caspian Sea are much less studied.

As Mousterian of the near east region is marked by the predominance of Levallois- debitages, in Torus region (regions in the west of Caspian Sea including current Azerbaijan and Georgia), the lithic industries are characterized by so-called Micoquian bifacial pieces. In this context, a very important question is what happened in the east and the south of Caspian Sea, between these two great areas of influence.

A deep study of lithic tools has been conducted on five assemblages of Iran and Turkmenistan, by a technological and techno-functional approach. The obtained results show that if in the east of Caspian Sea the bifacial tradition is well attested in some Turkmen industries, it attests various technical systems. These elements lead us to make the link with the other “techno-complexes” so far less known. It would seem, therefore, that Turkmenistan and eastern Iran represent a crossroads where different techno-complexes could meet.

This diversity of technical systems seems to indicate a complexity more than expected of dynamics of populations during Mousterian. Thanks to the demonstration of the technical variation, we will try to perceive and reconstruct these phenomena of populations, the mobility of prehistoric human groups, in the environment that they occupied.

Vous pouvez télécharger l’invitation intégrale ici.

Plan d’accès

Soutenance de thèse d’Amir Beshkani le 20/11/2018

Chers tous et toutes,

J’ai le plaisir de vous convier à la soutenance de ma thèse de doctorat en Préhistoire, dirigé par M. Eric Boëda (professeur de l’Université Paris Nanterre) et qui a pour titre :

Analyse Techno-Fonctionnelle des Industries Lithiques Moustériennes des sites du Zagros : Les Grottes de Bisitun, Shanidar et  l’Abri Warwasi.

Elle se tiendra le Mardi 20 Novembre à 14h00, à l’université Paris Nanterre, bâtiment Grappin (ancien bâtiment B), salle René REMOND (voir plan du campus).

 Le jury sera composé de :

  • Mme Liliane MEIGNEN, Directrice de Recherche émérite, CEPAM UMR7264 – CNRS, Examinatrice
  • Mme Stéphanie BONILAURI, Chargée de Recherche, UMR 7194, Examinatrice
  • M. Sylvain SORIANO, Directeur de recherche CNRS, UMR 7041, Président du jury
  • M. Pascal DEPAEPE, Inrap – Directeur régional Hauts-de-France, UMR 7194, Rapporteur
  • M. Hubert FORESTIER, Professeur, Muséum National d’Histoire Naturelle, UMR 7194, Rapporteur

En résumé, le but de cette thèse est de fournir une nouvelle analyse des industries lithiques du Paléolithique moyen des grottes de Shanidar, Bisitun et de l’abri Warwasi. Ces gisements sont situés dans le centre de la chaine de montagne du Zagros, à l’ouest de l’Iran. Les nombreuses chaines du Zagros s’étendent du sud-ouest de l’Iran au nord de l’Iraq.

Les industries lithiques de la région du Zagros ont été fréquemment étudiées par les chercheurs (Coon 1951, 1957 ; Skinner 1965 ; Lindly 1997 ; Dibble, 1984, 1993). Cependant, leurs études sont basées sur une analyse typologique comparative offrant une vision fragmentaire des productions humaines et des outils qu’ils ont produits.

Cette analyse sera effectuée en utilisant une approche techno-fonctionnelle et a pour objectif de reconsidérer les chaînes opératoires, du mode de production des supports à l’utilisation des outils qu’ils soient bruts ou retouchés.

Mon objectif est aussi d’analyser sur le plan technologique les ensembles lithiques qui proviennent de différents sites archéologiques dans une perspective synchronique et diachronique. La chaîne opératoire sera appréhendée à travers deux nouvelles définitions de structures d’exploitation, les structures additionnelles et intégrées.

 Les objectifs sont les suivants :

  • dans une perspective synchronique, de repenser la chaîne opératoire en fonction de la finalité et des objectifs de l’outillage ;
  • dans une perspective diachronique, d’appréhender la singularité des comportements techniques humains, leur diversité et/ou leur variabilité au cours du temps, tout en recherchant les facteurs à l’origine de cette diversité :
  •  environnements : spécificités environnementales de la région du Zagros ;
  •  traditions techniques et culturelles ;
  •  “savoir-faire” et/ou “manières de faire”.

Les Hypothèses sont les suivantes :

  • La variété des racloirs est étroitement liée au sous-ensemble d’artefacts incisifs et à la géométrie de tranchant ;
  • Le modèle de réduction, proposé par Dibble, n’est qu’un mode de réduction  parmi d’autres au sein des assemblages du Moustérien du Zagros.

Un cocktail sera servi à l’issue de la soutenance, vous y êtes chaleureusement invité-e-s. Merci d’indiquer par courriel (A.Beshkani@gmail.com) votre présence à titre indicatif.

En espérant vous y croiser,

Amir Beshkani

Amir Beshkani
 
Doctorant 
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
AnTET Anthropologie des Techniques, des Espaces et des Territoires au Pliocène et au Pléistocène
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
21 allée de l’Université
92023 Nanterre Cedex
FRANCE