Archives par mot-clé : Mésolithique

Séminaire “From late Paleolithic to early Mesolithic technologies in southern Italy” A joint-seminar IFAS-Research / Wits University by Giulia Ricci, 27/03/19, Wits University (SOUTH-AFRICA)

Giulia Ricci (Université Paris Nanterre/AnTET) parlera d’évolution des traditions techniques du Paléolithique supérieur final aux débuts du Mésolithique en Italie du Sud à l’université de Wits en Afrique du Sud, le 27 mars 2019 à 13h15, dans l’Origins Building, dans la salle 105 du Origins lecture theatre. Ses recherches sont financées par la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) (Programme ATLAS) et l’IFAS-Recherche.

Pour plus d’infos sur le séminaire, lisez la page dédiée du site de l’IFAS, http://www.ifas.org.za/research/2019/from-late-paleolithic-to-early-mesolithic-technologies-in-southern-italy/.

Liège -7000 ans. Les derniers chasseurs préhistoriques de Wallonie.

Exhumé par le Service Public de Wallonie, un matériel archéologique inédit a été retrouvé à l’archéoforum de Liège (Tivoli). Daté de la transition Mésolithique-Néolithique, il pose la question du mode de vie des derniers chasseurs-cueilleurs à l’arrivée des premiers colons agro-pasteurs, il y a environ 7000 ans. Les premiers résultats de l’étude sont livrés, ainsi que ceux des tests expérimentaux conduits au Préhistosite de Ramioul. Ces derniers ont notamment permis de retrouver des techniques préhistoriques liées à la fabrication d’un mobilier aménagé sur crânes de cerf et sur canines de sangliers.

https://vimeo.com/70766180

Colloque “Toute une (pré)histoire en Somme”, Abbeville, 22-24/11/18

Un état des connaissances

La vallée de la Somme est depuis le XIXe siècle un terrain de première importance pour les problématiques relatives à la connaissance des peuplements et comportements à la préhistoire, que cela concerne les premiers peuplements comme les périodes plus récentes.

Les travaux scientifiques et historiques portant sur la vallée de la Somme et ses terrasses sont nombreux et ont fourni, ces dernières années, des données de première importance.

Depuis plusieurs décennies, les recherches menées sur le terrain, fortement stimulées par les opérations d’archéologie préventive, fournissent un grand nombre de données inédites qui permettent, entre autres, de préciser le cadre chrono-stratigraphique et culturel de la préhistoire de cette région, au regard de celles acquises dans le reste de la France ou dans les pays limitrophes.

Après avoir joué, au milieu du XIXe siècle, un rôle majeur dans la reconnaissance de la préhistoire en tant que discipline scientifique, le bassin de la Somme reste toujours au cœur des problématiques et des recherches sur les premiers peuplements humains en Europe du nord-ouest. Le cadre géologique, chronologique et paléoenvironnemental régional établi à partir des formations fluviatiles et éoliennes est, à ce jour, l’un des mieux connus au monde pour le dernier million d’années.

Ces dernières années, les recherches sur la préhistoire ancienne ont porté sur les premiers peuplements acheuléens (carrières Carpentier et Léon, Moulin Quignon à Abbeville) et sur le gisement de Caours qui livre des informations fondamentales sur l’environnement et les comportements de subsistance des Néandertaliens du dernier interglaciaire. Notre connaissance sur le Paléolithique supérieur est particulièrement bien documentée avec les nouvelles recherches menées sur le gisement gravettien d’Amiens-Renancourt qui livre de nombreuses statuettes féminines en craie, datées de 27 000 ans. Les occupations du Paléolithique final (Belloy-sur-Somme, Saleux, Conty…) et du Mésolithique (La Chaussée-Tirancourt, Hangest-sur-Somme…) ont fait l’objet de nombreux travaux synthétiques qui ont permis de situer de manière précise les occupations archéologiques dans leur contexte paléoéconomique, environnemental et culturel. Les études plus ponctuelles réalisées sur les sites néolithiques (Conty, Villers-Carbonnel, Bettencourt-Saint-Ouen…) ou protohistoriques témoignent d’un riche potentiel régional qui reste encore à exploiter pour une meilleure connaissance des peuplements récents de la vallée de la Somme à l’aube des temps historiques.

Ce territoire occupe également une place à part dans les études historiques portant sur les sciences de l’Homme et spécialement la construction de la préhistoire depuis le milieu du XIXe siècle. Autour des années 1850-60, la vallée de la Somme fut un des lieux de cristallisation des nouveaux questionnements autour de la haute antiquité de l’Homme. Certaines figures locales, comme Jacques Boucher de Perthes, ou sites, comme Saint-Acheul ou Moulin Quignon, représentent autant de jalons, qui mériteraient d’être réinterrogés à l’aune des derniers résultats de la recherche historienne. Au-delà des aspects strictement factuels ou biographiques, les découvertes faites à Amiens et Abbeville et leurs acteurs (locaux, nationaux, français, anglais) ont joué un rôle essentiel sur le plan épistémologique en orientant les pratiques et concepts fondateurs des sciences préhistoriques en Europe.

Objet scientifique, la préhistoire en vallée de Somme est aussi un objet patrimonial que ce soit à travers ses sites ou ses collections archéologiques dispersées en France et à l’étranger. En effet, ces pièces ont longtemps servi d’arguments et de vecteurs de communication au profit de la préhistoire émergente. Le mouvement actuel de valorisation de ces collections dites « historiques » est source de nouvelles problématiques scientifiques dans une perspective totalement pluridisciplinaire associant préhistoriens, historiens, archivistes, conservateurs. L’apport de l’histoire de l’archéologie préhistorique à la connaissance actuelle en préhistoire est une des questions vives.

Ce colloque pluridisciplinaire se fixe pour objectif premier d’établir un état des connaissances et des questions actuelles dans les domaines des études préhistoriques et de l’histoire de la préhistoire, à partir des travaux conduits et des découvertes réalisées. Il entend participer à la construction d’un point d’étape mais aussi mettre en lumière les interactions récentes et fructueuses entre préhistoire et histoire sur le plan de la recherche et de la valorisation des collections.

En complément, ce colloque sera l’occasion de se pencher sur la question de la préhistoire dans la cité, c’est-à-dire sur son ancrage territorial et social. Le chantier archéologique est souvent une réalité urbaine et appartient donc au quotidien des habitants d’Abbeville ou d’Amiens. L’appropriation passée et présente de la préhistoire par les populations locales – dès les années 1850 se développe un tourisme préhistorique – ou à travers des infrastructures de diffusion des connaissances (jardin archéologique de Saint-Acheul, Parc de Samara) est un phénomène à prendre en considération.

Il mérite d’être interrogé selon des perspectives variées (patrimonialisation, découpage territorial, médiation, offre culturelle et touristique, développement économique, implication des collectivités locales, etc.) et à travers une approche comparative, à une échelle géographique plus large. La question de l’intégration du patrimoine préhistorique dans l’économie et le tissu social des régions ayant joué un rôle phare dans la formation et le développement de la préhistoire constitue en soi une question qui permettra de confronter les expériences diverses (grottes ornées en Nouvelle Aquitaine ou en Occitanie, monuments mégalithiques en Bretagne, etc.).

Trois thèmes généraux sont donc définis pour cet appel à communications :

1. La vallée de la Somme comme référence dans la connaissance des peuplements et comportements à la préhistoire.

2. La vallée de la Somme comme modèle au XIXe siècle dans la construction de la préhistoire en tant que discipline.

3. La préhistoire (science, sites, collections, patrimoine, diffusion) comme élément structurant et de développement des territoires.

A noter, une communication le jeudi 22 novembre à 15h par David Hérisson et al., “Contribution des données de la Vallée de la Somme à la connaissance du Paléolithique inférieur et moyen“, le résumé est à lire ici.

Pour plus d’informations, allez sur le site du colloque :

https://pre-histoire.sciencesconf.org/

Réunion scientifique de l’équipe AnTET 12-13/11.2018

La réunion scientifique de l’équipe AnTET s’est déroulée du 12 au 13 novembre 2018 au sein du bâtiment Max Weber sur l’université de Paris Nanterre.

Comme tous les ans, au-delà de la discussion des aspects administratifs et de gestion, la réunion a permis à tous les étudiants, doctorants, post-doctorants, enseignant-chercheurs et chercheurs de l’équipe AnTET d’échanger autour de l’avancée des travaux de chacun et faire un point sur les projets personnels et collectifs en cours et à venir.

Marine Massoulié nous a présenté les avancées de sa thèse intitulée “Le seuil de Bourgogne : interface culturelle au Paléolithique moyen récent ?”. Elle a particulièrement mis l’accent sur le site de La Mouillée, situé à Saint Quentin sur Nohain.

Marine Massoulié

Daniele Aureli a fait un bilan complet de ses activités de recherche intitulé “En remontant le temps: des lamelles uluziennes aux petits outils du Paléolithique inférieur dans le Sud de la péninsule italienne”. Il y a fait la part belle aux résultats obtenus au sein du programme ERCThe earliest migration of Homo sapiens in Europe and implications for Neandertal extinction”. Daniele a présenté ensuite les résultats obtenus sur :

Daniele Aureli

Sylvain Soriano a fait un point sur ses recherches menées en Italie en collaboration avec Paola Villa sur les gisements de Sedia del Diavolo et de Monte delle Gioie. Les analyses ont été menées de 2011 à 2015 dans le cadre d’un programme de recherche intitulé “Stability and change in Neandertal technology from MIS 9 to MIS 3 in Central Italy”, financé par la National Foundation Science. Les résultats obtenus ont été publiés récemment dans PLOS One (cf l’article à lire) et rebattent les cartes dans le débat actuel sur l’apparition et les premières occurrences du débitage Levallois en Italie, et plus particulièrement dans la région de Rome.

Sylvain Soriano

Giullia Ricci a présenté les résultats de sa thèse menée en co-tutelle avec l’université de Pise, intitulée “Tradition et innovations techniques chez les chasseurs-cueilleurs de la fin du Paléolithique et du Mésolithique ancien. Transformations techniques et stratégies techno-économiques des productions lithiques à partir de cas d’études en Italie du Sud”, et qu’elle a récemment et brillamment soutenue. Les résultats comme les perspectives sont prometteurs et invitent notamment à une analyse plus fine et large des ensembles classés sous l’étiquette d’Epipaléolithique indifférencié.

Giullia Ricci

Elise Cormarèche a fait un point sur son projet et ses avancées de thèse portant sur “Les comportements techniques du Gravettien dans leur cadre paléoécologique : des industries lithiques aux systèmes économiques”. Ses études s’appuient sur un corpus de quatre sites majeurs pour le Gravettien :

  • l’abri Pataud, Les Eyzies de Tayac, Dordogne, vallée de la Vézère
  • l’abri des Peyrugues, Orniac, Lot, vallée du Célé
  • le Taillis des Coteaux, Antigny, Vienne, vallée de la Gartempe
  • le Blot, Cerzat, Haute Loire, vallée de l’Allier

Elise Cormarèche

David Hérisson a présenté deux programmes de recherche ciblés sur deux secteurs géographiques français : le Poitou-Charentes d’une part et les Hauts-de-France d’autre part. Le premier projet vise à développer les recherches autour des premières occupations du seuil du Poitou, suite aux découvertes majeures faites sur le gisement de La Grande Vallée (Paléolithique inférieur ; cf le dernier article publié). Le second est un Projet Collectif de Recherches qui a vu le jour en 2018 et est coordonné par Emilie Goval (DRAC Hauts-de-France). Dénommé PaléHauts, ce projet a pour objectif l’ “enrichissement du cadre chronostratigraphique et archéologique des sites paléolithiques historiquement et récemment découverts en Hauts-de-France”.

David Hérisson

Louis De Weyer a présenté les résultats qu’il a obtenu sur le site de Nalai situé dans le bassin de Bose (Chine). Ses recherches ont été menées dans le cadre d’un post-doctorat passé dans le laboratoire de l’université Sun-Yat Sen à Guangzhou en Chine. Son projet visait notamment à identifier les changements chronologiques dans une région marquée par une “stagnation technique” durant le Pléistocène moyen et supérieur.

Louis De Weyer

Eric Boëda a poursuivi et clôturé les communications sur la Chine en présentant quatre sites dont ceux de Longuppo et de Renzidong. Ces sites attestent d’une très ancienne occupation de la Chine, plutôt continue, depuis plus de 2 millions d’années. Ces occupations posent la question des dynamiques des tout premiers peuplement de l’Asie et de l’Afrique et les relations ou l’absence de relation entre les deux continents.

Eric Boëda