Archives par mot-clé : Levallois

Publication ‘A refutation of reported Levallois technology from Guanyindong Cave in South China’, National Science Review, 09/2019

Eric Boëda a le plaisir de vous annoncer la publication d’un article réfutant le recours au concept Levallois dans la grotte de Guanyindong Cave en Chine du Sud, comme proposé par Hu et al., 2019 dans Nature (https://www.nature.com/articles/s41586-018-0710-1).

Pour télécharger l’article, cliquer sur l’image ci-dessous

Abstract

Hu et al. (Nature, 2019, 565: 82-85) recently reanalyzed the long-curated lithic assemblage from the Guanyindong site in Guizhou Province (South China) and concluded that it reflects a late Middle Pleistocene Levallois stone-tool technology on the basis of new dates and is thus the earliest Levallois in East Asia. If this is true, it will largely change our current knowledge of Levallois technology. However, based upon our own careful examination, we find that the previous studies of this assemblage, which concluded that it falls within a core-flake technocomplex, remains the most reliable interpretation. There is as yet no evidence supporting the occurrence of Levallois technology in China before approximately 50,000 years ago.

Taille de silex par Eric BOEDA : épreuves de tournage de 1991 A VILLEJUIF.

En mars 1991, lors de la fouille de sauvetage du site archéologique paléolithique moyen des Hautes-Bruyères à Villejuif, l’archéologue Eric Boëda fait une démonstration de taille de silex. L’expérimentation a lieu en présence des fouilleurs et des aménageurs, ainsi que devant des représentants de l’association de sauvegarde du patrimoine archéologique du Val-de-Marne (ASPAV) et du laboratoire départemental d’archéologie du Val-de-Marne. Différentes techniques de taille sont présentées : la technique de retouche par pression réalisée ici sur de l’obsidienne à l’aide d’une baguette en bois de cerf ; les procédés de percussions directe et indirecte ; la méthode Levallois mise au point par les hommes du paléolithique moyen. On assiste à la fabrication d’un biface en silex puis à la fabrication d’un racloir. Eric Boëda commente toutes les phases de débitage et de retouche et nous parle de son expérience de la technologie préhistorique.

Continuer la lecture de Taille de silex par Eric BOEDA : épreuves de tournage de 1991 A VILLEJUIF.

Soutenance de thèse de Mana Jami Alahmadi, “Analyse technologique et techno-fonctionnelle comparative des faciès moustériens des bordures Est et Sud de la mer Caspienne”, MAE Nanterre, 17/12/18

Mana JAMI ALAHMADI a l’honneur de vous inviter à la soutenance de sa thèse de doctorat, dirigée par Éric Boëda, Professeur à l’Université Paris Nanterre, et intitulée :

“Analyse technologique et techno-fonctionnelle comparative des faciès moustériens des bordures Est et Sud de la mer Caspienne”.

La soutenance aura lieu le lundi 17 décembre à 14h à la Maison Archéologie et Ethnologie, Salle 2, RDJ, 21 Allée de l’université, 92023 Nanterre.

Le jury sera composé de :

Hubert Forestier – Muséum national d’Histoire naturelle

Gilles Berillon – Muséum national d’Histoire naturelle

Sylvain Soriano – Université paris Nanterre

Stéphanie Bonilauri – Muséum national d’Histoire naturelle

Marina Pagli – Conservateur du patrimoine, Service Régional de l’Archéologie des Hauts-de-France, Lille

Elle sera suivie d’un moment de convivialité auquel vous êtes cordialement conviés.

Résumé :

L’Asie du sud-ouest et en particulier le plateau iranien, au croisement de l’Afrique, de l’Europe et de l’Asie, constituent une région assez unique marquée par une histoire longue et diversifiée. Cet espace a souvent été considérée au Paléolithique moyen comme un lieu de passage d’hommes anatomiquement différents : Homo Sapiens et Neandertal. Mais pour plusieurs raisons, les chercheurs ont concentré leurs recherches sur la région du Levant et du Zagros. Le sud et l’est du pourtour de la Mer Caspienne sont en revanche nettement moins étudiés.

Si le Moustérien du Proche-Orient est marqué par la prédominance de débitages de type Levallois, au-delà du Torus à l’ouest de la Caspienne, c’est-à-dire en Azerbaïdjan et en Géorgie, les industries lithiques se caractérisent par des pièces bifaciales dites micoquiennes. Dans ce contexte, que se passe-t-il à l’est et sud de la mer Caspienne entre ces deux grandes aires d’influence ?

Une étude approfondie des outillages lithiques par une approche technologique et techno-fonctionnelle a été menée sur cinq assemblages d’Iran et du Turkménistan. Nous avons pu observer que si à l’est de la mer Caspienne la tradition bifaciale est bien attestée dans certaines industries turkmènes, elle regroupe des systèmes techniques variés. Ces éléments nous invitent donc à faire le lien avec d’autres « techno-complexes » jusqu’à présent moins connus. Il semblerait donc que le Turkménistan et l’est de l’Iran représentent un carrefour où différents complexes techniques ont pu se rencontrer.

Cette diversité de systèmes techniques semble indiquer une complexité plus importante qu’attendue des dynamiques de peuplements pendant le Moustérien. C’est grâce à la mise en évidence de la variabilité technique que l’on tentera de percevoir et de reconstituer ces phénomènes de peuplements et la mobilité des groupes humains préhistoriques dans les espaces qu’ils ont occupés.

 Abstract:

Southwest Asia and in particular the Iranian plateau, at the crossroads of Africa, Europe and Asia, constitute a rather unique area with a long and diversified history. In Middle Paleolithic, the whole region has often been considered as a place for passage of anatomically different humans: Homo Sapiens and Neanderthal. However, for several reasons, researchers focused their activities, on the region of Levant and Zagros, therefore the southern parts and the east of Caspian Sea are much less studied.

As Mousterian of the near east region is marked by the predominance of Levallois- debitages, in Torus region (regions in the west of Caspian Sea including current Azerbaijan and Georgia), the lithic industries are characterized by so-called Micoquian bifacial pieces. In this context, a very important question is what happened in the east and the south of Caspian Sea, between these two great areas of influence.

A deep study of lithic tools has been conducted on five assemblages of Iran and Turkmenistan, by a technological and techno-functional approach. The obtained results show that if in the east of Caspian Sea the bifacial tradition is well attested in some Turkmen industries, it attests various technical systems. These elements lead us to make the link with the other “techno-complexes” so far less known. It would seem, therefore, that Turkmenistan and eastern Iran represent a crossroads where different techno-complexes could meet.

This diversity of technical systems seems to indicate a complexity more than expected of dynamics of populations during Mousterian. Thanks to the demonstration of the technical variation, we will try to perceive and reconstruct these phenomena of populations, the mobility of prehistoric human groups, in the environment that they occupied.

Vous pouvez télécharger l’invitation intégrale ici.

Plan d’accès