Archives par mot-clé : Europe

Publication ‘The earliest evidence of Acheulian occupation in Northwest Europe and the rediscovery of the Moulin Quignon site, Somme valley, France’, Scientific Reports, 09/2019

David Hérisson a le plaisir de vous annoncer la publication d’un article sur la redécouverte du site de Moulin Quignon, réhabilitant les découvertes de Jacques Boucher de Perthes, les précisant en datant la séquence et les niveaux archéologiques. Ainsi, le site devient le plus ancien gisement Acheuléen connu en Europe du Nord-Ouest. Il pose également la question des capacités des premiers hommes en Europe à coloniser les contrées septentrionales durant les phases périglaciaires.

Pour télécharger l’article, cliquer sur l’image ci-dessous

Abstract

The dispersal of hominin groups with an Acheulian technology and associated bifacial tools into northern latitudes is central to the debate over the timing of the oldest human occupation of Europe. New evidence resulting from the rediscovery and the dating of the historic site of Moulin Quignon demonstrates that the first Acheulian occupation north of 50°N occurred around 670–650 ka ago. The new archaeological assemblage was discovered in a sequence of fluvial sands and gravels overlying the chalk bedrock at a relative height of 40 m above the present-day maximal incision of the Somme River and dated by ESR on quartz to early MIS 16. More than 260 flint artefacts were recovered, including large flakes, cores and five bifaces. This discovery pushes back the age of the oldest Acheulian occupation of north-western Europe by more than 100 ka and bridges the gap between the archaeological records of northern France and England. It also challenges hominin dispersal models in Europe showing that hominins using bifacial technology, such as Homo heidelbergensis, were probably able to overcome cold climate conditions as early as 670–650 ka ago and reasserts the importance of the Somme valley, where Prehistory was born at the end of the 19th century.

Réunion scientifique de l’équipe AnTET 12-13/11.2018

La réunion scientifique de l’équipe AnTET s’est déroulée du 12 au 13 novembre 2018 au sein du bâtiment Max Weber sur l’université de Paris Nanterre.

Comme tous les ans, au-delà de la discussion des aspects administratifs et de gestion, la réunion a permis à tous les étudiants, doctorants, post-doctorants, enseignant-chercheurs et chercheurs de l’équipe AnTET d’échanger autour de l’avancée des travaux de chacun et faire un point sur les projets personnels et collectifs en cours et à venir.

Marine Massoulié nous a présenté les avancées de sa thèse intitulée “Le seuil de Bourgogne : interface culturelle au Paléolithique moyen récent ?”. Elle a particulièrement mis l’accent sur le site de La Mouillée, situé à Saint Quentin sur Nohain.

Marine Massoulié

Daniele Aureli a fait un bilan complet de ses activités de recherche intitulé “En remontant le temps: des lamelles uluziennes aux petits outils du Paléolithique inférieur dans le Sud de la péninsule italienne”. Il y a fait la part belle aux résultats obtenus au sein du programme ERCThe earliest migration of Homo sapiens in Europe and implications for Neandertal extinction”. Daniele a présenté ensuite les résultats obtenus sur :

Daniele Aureli

Sylvain Soriano a fait un point sur ses recherches menées en Italie en collaboration avec Paola Villa sur les gisements de Sedia del Diavolo et de Monte delle Gioie. Les analyses ont été menées de 2011 à 2015 dans le cadre d’un programme de recherche intitulé “Stability and change in Neandertal technology from MIS 9 to MIS 3 in Central Italy”, financé par la National Foundation Science. Les résultats obtenus ont été publiés récemment dans PLOS One (cf l’article à lire) et rebattent les cartes dans le débat actuel sur l’apparition et les premières occurrences du débitage Levallois en Italie, et plus particulièrement dans la région de Rome.

Sylvain Soriano

Giullia Ricci a présenté les résultats de sa thèse menée en co-tutelle avec l’université de Pise, intitulée “Tradition et innovations techniques chez les chasseurs-cueilleurs de la fin du Paléolithique et du Mésolithique ancien. Transformations techniques et stratégies techno-économiques des productions lithiques à partir de cas d’études en Italie du Sud”, et qu’elle a récemment et brillamment soutenue. Les résultats comme les perspectives sont prometteurs et invitent notamment à une analyse plus fine et large des ensembles classés sous l’étiquette d’Epipaléolithique indifférencié.

Giullia Ricci

Elise Cormarèche a fait un point sur son projet et ses avancées de thèse portant sur “Les comportements techniques du Gravettien dans leur cadre paléoécologique : des industries lithiques aux systèmes économiques”. Ses études s’appuient sur un corpus de quatre sites majeurs pour le Gravettien :

  • l’abri Pataud, Les Eyzies de Tayac, Dordogne, vallée de la Vézère
  • l’abri des Peyrugues, Orniac, Lot, vallée du Célé
  • le Taillis des Coteaux, Antigny, Vienne, vallée de la Gartempe
  • le Blot, Cerzat, Haute Loire, vallée de l’Allier

Elise Cormarèche

David Hérisson a présenté deux programmes de recherche ciblés sur deux secteurs géographiques français : le Poitou-Charentes d’une part et les Hauts-de-France d’autre part. Le premier projet vise à développer les recherches autour des premières occupations du seuil du Poitou, suite aux découvertes majeures faites sur le gisement de La Grande Vallée (Paléolithique inférieur ; cf le dernier article publié). Le second est un Projet Collectif de Recherches qui a vu le jour en 2018 et est coordonné par Emilie Goval (DRAC Hauts-de-France). Dénommé PaléHauts, ce projet a pour objectif l’ “enrichissement du cadre chronostratigraphique et archéologique des sites paléolithiques historiquement et récemment découverts en Hauts-de-France”.

David Hérisson

Louis De Weyer a présenté les résultats qu’il a obtenu sur le site de Nalai situé dans le bassin de Bose (Chine). Ses recherches ont été menées dans le cadre d’un post-doctorat passé dans le laboratoire de l’université Sun-Yat Sen à Guangzhou en Chine. Son projet visait notamment à identifier les changements chronologiques dans une région marquée par une “stagnation technique” durant le Pléistocène moyen et supérieur.

Louis De Weyer

Eric Boëda a poursuivi et clôturé les communications sur la Chine en présentant quatre sites dont ceux de Longuppo et de Renzidong. Ces sites attestent d’une très ancienne occupation de la Chine, plutôt continue, depuis plus de 2 millions d’années. Ces occupations posent la question des dynamiques des tout premiers peuplement de l’Asie et de l’Afrique et les relations ou l’absence de relation entre les deux continents.

Eric Boëda