Catégories
Activités Actualités Publications

Article H. Forestier et al. “The first lithic industry of mainland Southeast Asia”, L’Anthropologie, 01/2022

Hubert Forestier et ses collaborateurs dont David Codeluppi de l’équipe AnTET viennent de sortir un article intitulé “Les premières industries lithiques d’Asie du Sud-Est continentale : évidence des premiers hominines en contexte tropical” – “The first lithic industry of mainland Southeast Asia: Evidence of the earliest hominin in a tropical context” dans la revue l’Anthropologie.

Vous pouvez dès à présent lire l’article sur le site de l’éditeur ici :

https://doi.org/10.1016/j.anthro.2022.102996

Ou pendant 50 jours via le lien suivant d’accès gratuit à l’article :

https://authors.elsevier.com/c/1eU6ApiA~5AC

Résumé :

Les récentes découvertes de sites anciens en Asie du Sud-Est continentale confirment de la présence de vieilles industries dès 0,8 Ma, c’est-à-dire à la transition entre le Pléistocène ancien et moyen. Même si ces sites de plein air nécessitent encore des précisions géochronologiques et biostratigraphiques, ils permettent d’appréhender les plus anciens vestiges de la présence humaine sous les tropiques et les orientations techniques choisies par les hominines. D’un point de vue typo-technique, un ensemble de critères confirme l’hypothèse anthropique de ces objets qui affichent une variabilité étonnante pour une période aussi reculée du Quaternaire dans une Asie tropicale encore à découvrir. Cet article a pour objectif de présenter une synthèse objective et critique du matériel découvert sur les principaux sites dont certains au Cambodge et en Thaïlande ont fait l’objet de missions de terrain archéologiques du MEAE. La diversité des différents types d’outils lithiques et des modes de fabrication rencontrés dès le Pléistocène moyen en Asie péninsulaire, montrent très tôt une variabilité technique qui s’impose à la fois comme un commencement et comme un contre-exemple à toute explication diffusionniste d’une nappe culturelle héritée de l’Ouest. La diversité des modes de production et des outillages mais aussi des matrices des matières premières, restent incomparables à celles rencontrées en Occident, Afrique ou en Asie du Sud. Seule la Chine permet à ce jour d’avancer l’hypothèse d’un fond technique commun qui se serait répandu depuis ses territoires méridionaux et encore, rien n’est absolument certain. Est-il possible, au fond, de parler de progrès techniques continus et de passage d’industrie lourde à plus légère puis à la pierre polie en Asie du Sud-Est ? L’omniprésence du galet nous empêche de répondre en nous rappelant que ces objets techniques rencontrés en Asie du Sud-Est sont tout simplement incommensurables, autant que peut l’être un chopper dans ces régions avec un autre trouvé des terrasses de la Garonne ou du Roussillon en France. Autrement dit, ces outils sont des outils avant tout « tropicaux» et ils appartiennent à des mondes cognitif(s), d’usage(s), de geste(s), de sens trop éloignés pour qu’ils puissent être comparés ou évalués par notre faculté de juger occidentale.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.