Catégories
Activités Actualités Soutenances

Soutenance I. Mesfin “Les premiers peuplements du cordon littoral d’Afrique australe (1,2-0,5 Ma)”, IPH, Paris, 10/12/21

Nous avons le plaisir de vous annoncer la soutenance de thèse d’Isis Mesfin intitulée : Les premiers peuplements du cordon littoral d’Afrique australe (1,2-0.5 Ma) : Analyse productionnelle et morpho-structurelle des industries lithiques qui se tiendra le vendredi 10 décembre à 13h30 dans l’Amphithéâtre de l’Institut de Paléontologie Humaine (1, rue René Panhard – Paris 13) devant le jury composé de :

– Anne Delagnes, Directrice de Recherche du CNRS – UMR5199 PACEA (Rapportrice)

– Michael Chazan, Professeur, Université de Toronto, Canada (Rapporteur)

– Maria Helena Benjamim, Directrice, Museu Nacional de Arqueologia de Benguela, Angola (Examinatrice)

– Stéphanie Bonilauri, Chargée de Recherche du CNRS – UMR7194 HNHP (Examinatrice)

– Katja Douze, Adjointe scientifique III, Université de Genève, Suisse (Examinatrice)

– Brigitte Senut, Professeure, Muséum National d’Histoire Naturelle (Examinatrice)

– Etienne Zangato, Chercheur associé HDR, UMR7055 – PreTech (Examinateur)

– Richard Oslisly, Chercheur, Agence Nationale des Parc Nationaux, Gabon (Membre invité)

– Hubert Forestier, Professeur, et David Pleurdeau, MC Muséum, MNHN (Directeurs de thèse)

La soutenance sera retransmise en ligne sur la chaîne Youtube suivante:

https://www.youtube.com/channel/UCTaBoqa2quMaFGm5IndACPw

Résumé

La Mid-Pleistocene Transition, qui s’étend de 1,2 à 0,5 millions d’années dans sa fourchette la plus large, se traduit par d’importants changements paléoclimatiques qui vont impacter les environnements à l’échelle planétaire. Pour les hominidés anciens, cette période semble marquée par un phénomène d’expansion associé au complexe techno-culturel Acheuléen. L’Acheuléen se caractérise par de nouvelles conceptions volumétriques qui semblent également refléter des franchissements cognitifs. En effet, les corpus lithiques témoignent de l’émergence de la taille bifaciale et de nouvelles méthodes de production d’éclats. A partir d’environ 1 million d’années, une multitude de niches écologiques nouvelles portent l’empreinte de la présence de populations à affinités techno-culturelles acheuléennes. Cette empreinte est le plus souvent identifiée grâce à la présence de grands outils tranchants façonnés qui pourraient avoir contribué au succès adaptatif de l’Acheuléen. Parmi ces niches écologiques nouvelles, le littoral d’Afrique australe présente un corpus Earlier Stone Age à affinité acheuléenne particulièrement riche qui suggère des phénomènes de peuplements nouveaux aux confins du continent africain. Ces sites, contenus dans les formations sédimentaires marines ou alluviales, sont le plus souvent mal conservés et n’ont délivré que des vestiges en pierre dont l’identité est en partie marquée par l’utilisation de galets comme supports de production lithique.  Par une approche technologique qualitative productionnelle et morpho-techno-structurelle de huit assemblages lithiques datés ou estimés contemporains de la Mid-Pleistocene Transition, nous questionnons les dynamiques de peuplement des hominidés anciens dans la plaine côtière d’Afrique australe et son possible rôle de couloir de migration. Les résultats obtenus sont interprétés à la lumière du contexte historiographique de la Préhistoire africaine ancienne et de la géographie régionale.  Malgré l’utilisation du galet comme dénominateur commun à tous ces assemblages, l’analyse met en évidence une importante diversité et variabilité des comportements techniques qui nous pousse à réfuter l’idée d’un peuplement acheuléen homogène sur le littoral d’Afrique australe. A l’inverse, les données suggèrent l’existence d’au moins deux phénomènes de peuplements différents. Au nord du Désert côtier du Namib, le corpus de la Province de Benguela en Angola semble indiquer l’intégration du cordon littoral dans le territoire des groupes humains et l’existence d’une trajectoire technique locale à affinités acheuléennes limitées. Au sud du désert, les assemblages lithiques du Bas-Orange en Namibie et des provinces du Cap en Afrique du Sud s’intègrent quant à eux tout à fait la variabilité acheuléenne décrite dans le Plateau d’Afrique australe et dans le Bassin de l’Orange. Ce littoral sud apparaît alors comme un point de chute pour plusieurs vagues de diffusions techno-culturelles ou de migrations durant l’Acheuléen et pourrait refléter une densité de populations vallicoles plus importante dans cette partie de l’Afrique. In fine, nous questionnons l’impact de l’actuel Désert côtier du Namib dans les mouvements de populations au cours du Pléistocène inférieur et moyen.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.