Catégories
Activités Actualités Publications

Publication Moncel et al. “La rédécouverte du site de Moulin Quignon (Somme) et les premiers Acheuléens du Nord-Ouest de l’Europe (650 ka)”, L’Anthropologie, 07/2021

Un article intitulé « La rédécouverte du site de Moulin Quignon (Somme) et les premiers Acheuléens du Nord-Ouest de l’Europe (650 ka) » est sorti en juillet dernier dans la revue L’Anthropologie. Cet article a été mené par Marie-Hélène Moncel et co-signé par David Hérisson.

Résumé : De nouvelles prospections ont été entreprises à Abbeville en 2016 et 2017 à l’emplacement de l’ancien site du Moulin Quignon exploité de 1837 à 1868 par Boucher de Perthes, relocalisé grâce aux travaux archivistiques menés par des chercheurs du MNHN. Ces recherches ont conduit 150 ans plus tard à la redécouverte de ce site paléolithique emblématique. Des sondages et une fouille extensive ont permis de retrouver des niveaux alluviaux en place et une série lithique composée de 254 éclats, 15 nucléus et 5 bifaces. Les nucléus et éclats attestent d’un débitage sur nodules de silex selon principalement des schémas de débitage unipolaires et centripètes unifaciaux excepté pour un nucléus qui indiquent d’un débitage sur plusieurs surfaces de débitage. Les bifaces sont diversifiés morphologiquement et techniquement (modes de façonnage). Ils attestent d’une gestion générale du volume bifacial et de la géométrie du biface, d’un soin apporté à la pointe de l’outil et à la régularisation des bords tranchants souvent périphériques. Ils ressemblent en cela à ceux découverts par Boucher de Perthes en 1837–1868. L’étude stratigraphique et les âges ESR sur quartz datent l’occupation humaine entre 670 et 650 ka. Cette découverte vieillit ainsi (1) l’âge de la plus ancienne occupation du Nord de la France (précédemment 550 ka) et (2) l’âge des plus anciens bifaces pour l’Europe du Nord-Ouest (100 ka plus anciens que les bifaces de Grande-Bretagne). Ces artefacts appartiennent à la plus ancienne occupation acheuléenne jamais datée dans le bassin de la Somme et plus généralement au nord du cinquantième parallèle nord et la série lithique découverte à Moulin Quignon prouve incontestablement la présence d’occupations humaines datées de plus de 650 ka dans la vallée de la Somme, voie naturelle de circulation vers des secteurs encore plus septentrionaux, l’actuelle Grande-Bretagne.

Abstract: New surveys were undertaken in Abbeville in 2016 and 2017 on the site of the Moulin Quignon discovered before 1850 by Boucher de Perthes, relocated thanks to the archival work carried out by MNHN researchers. This research led 150 years later to the rediscovery of this emblematic Paleolithic site. Test pits and extensive excavation have led to the discovery of alluvial levels in situ and a lithic series composed of 254 fragments, 15 cores and 5 bifaces. The cores and flakes attest to in situ debitage on flint nodules according mainly to unipolar and centripetal unifacial technology, except for one core, which indicates a management on several debitage surfaces. The bifaces are diversified morphologically and technically (shaping modes). They attest to a general management of the bifacial volume and geometry of the tool, to the care taken at the tip of the tool and to the regularisation of the often peripheral edges. They resemble those discovered by Boucher de Perthes in 1837–1868 and described in the past as “Abbevillian”. Stratigraphic and ESR age studies on quartz date human occupation between 670 and 650 ka. These artifacts belong to the earliest Acheulean occupation ever dated in the Somme basin and more generally north of the 50th parallel north. The lithic series discovered at Moulin Quignon is indisputable proof of the presence of human occupations dated at more than 650 ka in the Somme valley, a natural pathway to northern sectors, present-day Great Britain. This discovery thus ages (1) the age of the oldest occupation in the North of France (previously 550 ka) and (2) the age of the oldest bifaces for Northwest Europe (100 ka older than the bifaces in Great Britain).

Vous pouvez retrouvez l’article en ligne sur le site de l’éditeur ici : https://doi.org/10.1016/j.anthro.2021.102905

Ou demander par mail l’article à david.herisson[at]cnrs.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.