Categories
Activités Actualités Publications

Publication ‘Neandertals on the beach: Use of marine resources at Grotta dei Moscerini (Latium, Italy)’, Plos ONE, 01/2020

Sylvain Soriano a le plaisir de vous annoncer la publication d’un article consacré aux outils sur coquille du site de Moscerini.

Villa P., Soriano S., Pollarolo L., Smriglio C., Gaeta M., D’Orazio M., Conforti J. et Tozzi C., 2020, « Neandertals on the beach: Use of marine resources at Grotta dei Moscerini (Latium, Italy) », PLOS ONE, vol. 15, n° 1, p. e0226690.

Le lien renvoie sur l’article en open access.
http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0226690

L’industrie lithique est quant à elle détaillée en Suppporting information (S2 File).

Résumé

Fouillée en 1949, Grotta dei Moscerini, datée du MIS 5 au début du MIS 4, est l’un des deux sites néandertaliens italiens ayant livré un large assemblage de coquillages retouchés (n=171) issus de 21 couches. L’autre est Grotta del Cavallo, couche L, dans le sud de l’Italie (n=126). Huit autres sites moustériens en Italie et un en Grèce ont également des outils sur coquille, mais en très petit nombre. Les outils sur coquille sont fabriqués sur des valves de Vernis Callista chione, une espèce de palourde. L’idée générale que les valves de Callista chione ont été recueillies par Néandertal sur la plage après la mort du mollusque est partielle. A Moscerini 23,9% des spécimens ont été recueillis vivants en plongée par les Néandertals, directement sur le fond marin. Des données archéologiques provenant de sites situés en Italie, en France et en Espagne confirment que la collecte des coquillages et la pêche en eau douce était une activité courante des Néandertaliens, comme l’indiquent les études anatomiques récemment publiées par E. Trinkaus. L’analyse lithique fournit des données pour montrer la relation entre les outils en pierre et les outils sur coquille. Plusieurs couches contiennent des pierres ponces dérivées des éruptions volcaniques dans l’île d’Ischia ou le Campi Flegrei (avant la méga-éruption de l’Ignimbrite Campanienne). Leurs bords arrondis indiquent qu’elles ont été transportées par les courants marins vers la plage à la base de la séquence de Moscerini. Leur présence dans les couches d’occupation au-dessus de la plage est discutée. L’hypothèse la plus plausible est qu’elles ont été recueillies par Néandertal. La preuve irréfutable que les Néandertaliens ont recueilli des pierres ponces est fournie par une grotte en Ligurie. L’utilisation de ponces comme abrasif est bien documentée dans le Paléolithique supérieur. Nous démontrons que l’exploitation des ressources aquatiques immergées et la collecte des ponces, communes au Paléolithique supérieur, faisaient partie du comportement de Néandertal bien avant l’arrivée des hommes modernes en Europe occidentale.

Vous pouvez aussi retrouver de nombreux articles de journalistes scientifiques en ligne relayant ces découvertes dont celui du New York Times (cliquer dessus pour le découvrir).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.