Soutenance de thèse de Mana Jami Alahmadi, “Analyse technologique et techno-fonctionnelle comparative des faciès moustériens des bordures Est et Sud de la mer Caspienne”, MAE Nanterre, 17/12/18

Mana JAMI ALAHMADI a l’honneur de vous inviter à la soutenance de sa thèse de doctorat, dirigée par Éric Boëda, Professeur à l’Université Paris Nanterre, et intitulée :

“Analyse technologique et techno-fonctionnelle comparative des faciès moustériens des bordures Est et Sud de la mer Caspienne”.

La soutenance aura lieu le lundi 17 décembre à 14h à la Maison Archéologie et Ethnologie, Salle 2, RDJ, 21 Allée de l’université, 92023 Nanterre.

Le jury sera composé de :

Hubert Forestier – Muséum national d’Histoire naturelle

Gilles Berillon – Muséum national d’Histoire naturelle

Sylvain Soriano – Université paris Nanterre

Stéphanie Bonilauri – Muséum national d’Histoire naturelle

Marina Pagli – Conservateur du patrimoine, Service Régional de l’Archéologie des Hauts-de-France, Lille

Elle sera suivie d’un moment de convivialité auquel vous êtes cordialement conviés.

Résumé :

L’Asie du sud-ouest et en particulier le plateau iranien, au croisement de l’Afrique, de l’Europe et de l’Asie, constituent une région assez unique marquée par une histoire longue et diversifiée. Cet espace a souvent été considérée au Paléolithique moyen comme un lieu de passage d’hommes anatomiquement différents : Homo Sapiens et Neandertal. Mais pour plusieurs raisons, les chercheurs ont concentré leurs recherches sur la région du Levant et du Zagros. Le sud et l’est du pourtour de la Mer Caspienne sont en revanche nettement moins étudiés.

Si le Moustérien du Proche-Orient est marqué par la prédominance de débitages de type Levallois, au-delà du Torus à l’ouest de la Caspienne, c’est-à-dire en Azerbaïdjan et en Géorgie, les industries lithiques se caractérisent par des pièces bifaciales dites micoquiennes. Dans ce contexte, que se passe-t-il à l’est et sud de la mer Caspienne entre ces deux grandes aires d’influence ?

Une étude approfondie des outillages lithiques par une approche technologique et techno-fonctionnelle a été menée sur cinq assemblages d’Iran et du Turkménistan. Nous avons pu observer que si à l’est de la mer Caspienne la tradition bifaciale est bien attestée dans certaines industries turkmènes, elle regroupe des systèmes techniques variés. Ces éléments nous invitent donc à faire le lien avec d’autres « techno-complexes » jusqu’à présent moins connus. Il semblerait donc que le Turkménistan et l’est de l’Iran représentent un carrefour où différents complexes techniques ont pu se rencontrer.

Cette diversité de systèmes techniques semble indiquer une complexité plus importante qu’attendue des dynamiques de peuplements pendant le Moustérien. C’est grâce à la mise en évidence de la variabilité technique que l’on tentera de percevoir et de reconstituer ces phénomènes de peuplements et la mobilité des groupes humains préhistoriques dans les espaces qu’ils ont occupés.

 Abstract:

Southwest Asia and in particular the Iranian plateau, at the crossroads of Africa, Europe and Asia, constitute a rather unique area with a long and diversified history. In Middle Paleolithic, the whole region has often been considered as a place for passage of anatomically different humans: Homo Sapiens and Neanderthal. However, for several reasons, researchers focused their activities, on the region of Levant and Zagros, therefore the southern parts and the east of Caspian Sea are much less studied.

As Mousterian of the near east region is marked by the predominance of Levallois- debitages, in Torus region (regions in the west of Caspian Sea including current Azerbaijan and Georgia), the lithic industries are characterized by so-called Micoquian bifacial pieces. In this context, a very important question is what happened in the east and the south of Caspian Sea, between these two great areas of influence.

A deep study of lithic tools has been conducted on five assemblages of Iran and Turkmenistan, by a technological and techno-functional approach. The obtained results show that if in the east of Caspian Sea the bifacial tradition is well attested in some Turkmen industries, it attests various technical systems. These elements lead us to make the link with the other “techno-complexes” so far less known. It would seem, therefore, that Turkmenistan and eastern Iran represent a crossroads where different techno-complexes could meet.

This diversity of technical systems seems to indicate a complexity more than expected of dynamics of populations during Mousterian. Thanks to the demonstration of the technical variation, we will try to perceive and reconstruct these phenomena of populations, the mobility of prehistoric human groups, in the environment that they occupied.

Vous pouvez télécharger l’invitation intégrale ici.

Plan d’accès

Rencontres d’Air Moderne et de Préhistoire Africaine, Université Paris Nanterre, 17-18/12/18

Rencontres d’Air Moderne et de Préhistoire Africaine – Meetings of Modern Air and African Prehistory

Lundi 17 et Mardi 18 décembre 2018

Université Paris Nanterre, Amphithéâtre de la Maison Max Weber

Organisées par D. Muianga (UEM, Mozambic), G. Porraz (CNRS, UMR7041), C.Verna (CNRS, UMR7194)

 

« L’Afrique des origines » se laisse voir de bien des façons mais c’est en particulier l’Art et les Traditions de ce continent qui nous font toucher sa singularité et son universalité. Cet art et ces traditions mettent en mouvement des modes de représentation et des savoir-faire dont la modernité et l’ancienneté sont confondantes. Les Rencontres d’Air Moderne et de Préhistoire Africaine sont une invitation à penser les héritages culturels et biologiques des sociétés africaines depuis l’apparition des hommes et femmes Homo sapiens il y a environ 300,000 ans. D’un bout à l’autre de cet immense continent, ces hommes et ces femmes se sont adaptés et se sont transformés au gré d’expériences qui ont joué un rôle déterminant dans l’histoire et l’évolution de notre espèce. Des chercheurs de toutes disciplines de l’Archéologie préhistorique présentent leur actualité et composent librement sur l’air moderne des sociétés africaines du Pléistocène et de l’Holocène.

“African origins” can be routed in many different ways but this is more particularly the Art and the Traditions of this continent that give us access to its singularity and universality. This Art and these Traditions provide insights into past representations and knowledge that surprise by their modernity and antiquity. The meeting of Modern Air and African Prehistory invites participants to discuss the cultural, cognitive and biological origins of African populations since the appearance of Homo sapiens men and women approximately 300ky. On a continental scale, groups adapted to diverse environments and shared experiences that have been crucial to modern human evolutionary history. Researchers from all fields of Prehistoric archaeology present their research andcompose on the modern air of Pleistocene and Holocene African societies.

Retrouvez en téléchargement l’ensemble des informations et les résumés des communications dans le programme des rencontres ici.

Contacts :

Decio Muianga (University Eduardo Mondlane, & Kaleidoscopio, – Research in Public Policy and Culture, Mozambique) d.muianga@kaleidoscopio.co.mz

Guillaume Porraz (CNRS, UMR 7041 ArScAn-AnTET) guillaume.porraz@mae.u-paris10.fr

Christine Verna (CNRS – UMR7194 Museum d’Histoire Naturelle, Musée de l’Homme, France) christine.verna@mnhn.fr

Plan d’accès/Map

Liens/Links :

http://www.kaleidoscopio.co.mz/
http://www.arscan.fr/antet/
http://hnhp.cnrs.fr/

Congrès “New perspectives on Neanderthal behaviour”, Neanderthal Museum, Erkrath, 23-27/04/19

La prochaine réunion annuelle de la Hugo Obermaier-Gesellschaft Society aura lieu au Neanderthal Museum d’Erkrath du 23 au 27 avril 2019.

Le thème de l’année est “New perspectives on Neanderthal behaviour“.

Vous avez jusqu’au 31 janvier 2019 pour envoyer vos propositions de communication ou de poster à info@obermaier-gesellschaft.de.

Vous trouverez plus d’information dans le document reproduit ci-dessous, sur le site de la Hugo Obermaier-Gesellschaft Society ou en téléchargeant directement le premier à appel à proposition ici.

Conférence C. Schwab “La Préhistoire au Musée d’Archéologie nationale de 1867 au début du XXe siècle”, MAN, 08/12/18

La Société des Amis du musée d’Archéologie nationale vous propose d’assister à une conférence :

La Préhistoire au Musée d’Archéologie nationale de 1867 au début du XX e siècle
Par Catherine Schwab, Conservateur en chef du Patrimoine chargée des collections paléolithiques et mésolithiques au Musée d’Archéologie nationale, UMR 7041 ArScAn – Ethnologie préhistorique


Dès son ouverture, en 1867, le Musée d’Archéologie nationale expose des collections de faune, d’industrie et d’art mobilier préhistoriques.
La présentation de ce jeune domaine scientifique a d’ailleurs modifié la destination de l’établissement qui, à l’origine, devait être un Musée Gallo-Romain.

Nous verrons ensemble comment ces objets dits “antédiluviens” ont été exposés et présentés au public, dans le cadre des premières salles consacrées à la Gaule de la période des alluvions quaternaires et de l’époque des cavernes.


Samedi 8 décembre 2018, à 10 h 30
Auditorium du Musée d’Archéologie nationale – Domaine national de Saint-Germain–en-Laye
Place Charles de Gaulle –- Saint-Germain-en-Laye

Conférence gratuite pour les adhérents, sur présentation de la carte – 5 € pour les non-adhérents

RÉSERVATION PAR MEL A L’ADRESSE : resa.saman@gmail.com

Fabien Durand
Responsable de la mission du développement culturel,
de la communication et du numérique
T : 01 39 10 13 18

Soutenance HDR Jean-Luc Locht, Université d’Aix, 07/12/18

Jean-Luc Locht soutiendra son Habilitation à Diriger des Recherches, intitulée “Chronologies, espaces et cultures : le Paléolithique moyen de France septentrionale” à l’Université d’Aix-Marseille, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, salle Paul-Albert Février, le vendredi 7 décembre 2018 à 14h.