Conférences et ateliers “speed searching” au Musée de l’Homme 01/12/18

Grand public

Le samedi 1er décembre de 14h30 à 18h, les chercheurs s’adresseront au grand public lors des conférences et d’ateliers “speed searching”.

Vous découvrirez toutes les facettes de ces sociétés de chasseurs-cueilleurs du Paléolithique en interrogeant les scientifiques et en leur posant toutes vos questions.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.
Retrait des billets une demi-heure avant l’événement pour la rencontre débat.
> Réservation possible en ligne sur : billetterie.museedelhomme.fr

14h30 – 15h30
Connaître pour la première fois –  Jean-Claude Ameisen

Nous n’aurons de cesse d’explorer
Et la fin de toutes nos explorations
Sera d’arriver à l’endroit d’où nous sommes partis
Et de connaître le lieu pour la première fois.
TS Eliot.

 Aller à la rencontre de cet immense passé qui nous a donné naissance. Ce passé qui continue de vivre en nous, parce que nous sommes ce qu’il est devenu. Ce passé que nous ne cessons de transformer.

Le revisiter. Le découvrir comme si c’était la première fois. En oubliant ce que nous croyions déjà en savoir. Mais en sachant que nous y inscrirons inévitablement des empreintes de notre présent. Qu’il s’agira toujours d’un passé en perpétuel devenir.

Argile du passé que l’aujourd’hui sculpte à son gré.  Et n’a jamais fini [de sculpter].
Borges.

 Jean-Claude Ameisen est un médecin, immunologiste et chercheur français en biologie. Il est directeur du Centre d’études du vivant de l’Institut des humanités de Paris de l’université Paris Diderot et a été président du Comité consultatif national d’éthique (2012-2016).
Il publie plusieurs ouvrages de vulgarisation et anime l’émission de radio de France Inter Sur les épaules de Darwin.

16h-17h
Pré-histoires : à la conquête des territoires – Nicolas Teyssandier & Stéphanie Thiébault

> Conférence organisée à l’occasion de la sortie du livre Pré-histoires, la conquête des territoires, cherche-midi/CNRS

Depuis des centaines de milliers d’années, l’humanité produit des outils, échange des biens et des gènes, s’approprie de nouveaux milieux et les transforme. Du berceau africain jusqu’au peuplement du Grand Nord et des Amériques, de nouveaux territoires ont été conquis, des continents découverts, des bras de mer traversés, des îles colonisées, des cimes gravies. Cette conquête a abouti à l’adaptation des humains à de multiples environnements, qui ont façonné leurs sociétés. Puisque l’évolution de l’humanité est aussi la prodigieuse histoire d’une conquête planétaire, on suit les pas de nos ancêtres à travers la grande diversité des milieux qu’ils ont traversés, modelés et au sein desquels ils ont laissé leurs empreintes

15h-17h30
En parallèle, dans l’atrium du Musée de l’Homme, les chercheurs rencontreront le grand public lors d’ateliers “speed searching”.

Venez à la rencontre des spécialistes de l’évolution humaine, préhistoriens, philosophes, anthropologues, et de leurs objets d’étude : vestiges humains préhistoriques, outils en pierre taillée ou encore objets d’art.

  • Guillaume Porraz vous enseignera comment restituer les gestes des tailleurs de pierres. Laboratoire : Archéologies et Sciences de l’Antiquité (ArScAn – CNRS / Université Paris Nanterre / Université Panthéon Sorbonne / Ministère de la Culture)
  • Isabelle Crevecoeur vous fera découvrir comment il est possible de faire parler les ossements pour mieux cerner les modes de vie de nos ancêtres. Laboratoire : de la Préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie (PACEA – CNRS / Université de Bordeaux / Ministère de la Culture)
  • Sandrine Prat vous expliquera de l’apparition et du développement des premiers outils. Laboratoire : Histoire naturelle de l’Homme préhistorique (HNHP – CNRS/MNHN/Université de Perpignan via Domitia)
  • Antoine Balzeau vous emmènera au cœur du cerveau humain, et posera la question de son évolution, de Cro-Magnon à Homo sapiens. Laboratoire : Histoire naturelle de l’Homme préhistorique (HNHP – CNRS/MNHN/Université de Perpignan via Domitia)
  • Paul Verdu abordera avec vous ce que raconte la génétique sur la modernité d’Homo sapiens. Laboratoire : Eco-Anthropologie et Ethnobiologie (EAE – CNRS / MNHN)
  • Evelyne Heyer échangera avec vous sur la façon dont la culture influe sur la diversité génétique. Laboratoire : Eco-Anthropologie et Ethnobiologie (EAE – CNRS / MNHN)
  • Eric Robert interrogera la notion d’art à la Préhistoire, et son rapport à la modernité. Laboratoire : Histoire naturelle de l’Homme préhistorique (HNHP – CNRS/MNHN/Université de Perpignan via Domitia)

Au tintement de clochette, changez de chercheur !

Retrouvez l’annonce originale de la journée ici.

Parution Gallia Préhistoire n°58

Le volume 58 de Gallia Préhistoire est désormais complet et sera très prochainement disponible en librairie, ou vous pouvez dès-à-présent lire les articles en ligne :

Le sommaire :

  • Un exemple inédit en Provence de sépulture collective du Néolithique récent/final : le site de Collet-Redon (Martigues)

An original example in Provence of Recent/Late Neolithic collective burial: the site of Collet-Redon (Martigues)

Aurore Schmitt, Bruno Bizot, Vincent Ollivier, Victor Canut, Jean-Louis Guendon, Laurine Viel, Claude Vella, Daniel Borschneck avec la collaboration de Laure Ploquin

  • Variété des inhumations chasséennes en région toulousaine : l’apport du site de Sauzas (Blagnac, Haute-Garonne)

Variety of Chassean burials in the Toulouse region: the contribution of Sauzas (Blagnac, Haute-Garonne)

Fabrice Pons, Muriel Gandelin, Jérôme Rouquet

  • Les monolithes gravés dans la tombe à couloir néolithique du Mané er Groez à Kercado (Carnac, Morbihan)

The engraved monoliths in the Mané er Groez Neolithic passage tomb in Kercado (Carnac, Morbihan)

Serge Cassen, Valentin Grimaud, Hervé Paitier

  • Les premières occupations du Néolithique ancien dans le Nord-Ouest de la France

The first Early Neolithic settlements in northwest France

Ivan Praud, Françoise Bostyn, Nicolas Cayol, Marie-France Dietsch-Sellami, Caroline Hamon, Yves Lanchon†, Nathalie Vandamme

  • Haches fusiformes et analyses géochimiques : deux nouvelles pistes pour l’étude des haches néolithiques en dolérite

Fusiform axes and geochemical analyses: two new avenues of research for the study of Neolithic axes in dolerite

Antoine Chancerel, Jean Le Gall, Nicolas Le Maux, Charles-Tanguy Le Roux, Laure Dédouit

Colloque « Modernité et Préhistoire, de l’universalité et de la singularité humaines »

L’Institut écologie et environnement du CNRS en lien avec  le Muséum National d’Histoire naturel organise au Musée de l’Homme les 30 novembre et 1er décembre le colloque « Modernité et Préhistoire, de l’universalité et de la singularité humaines ».

La Préhistoire est partout. Dans les médias, les unes des journaux et dossiers spéciaux se succèdent avec des découvertes toujours plus sensationnelles. Les expositions et les reproductions font accourir le public pressé de découvrir les fresques de Lascaux ou Chauvet. On nous parle d’origine et de plus ancien, de naissance de l’art et des symboles, d’introduction de l’agriculture et de l’élevage, des débuts de l’écriture ou d’émergence de l’état.

A présent, il faut assumer et affronter davantage le rôle politique qui est le nôtre – mission essentielle à la fois à l’égard de la société comme de nous-mêmes en tant que scientifiques, ne serait-ce que pour mieux percevoir combien nos démarches en sont implicitement influencées. Ce sont là les objectifs principaux que nous assignons à ce colloque, conçu comme un espace d’échanges et de réflexions entre les scientifiques et la société.

A noter : la communication de Guillaume Porraz le 30 novembre à 12h30 intitulée “Le couplage technique et symboles depuis l’Afrique Australe“.

Inscription obligatoire – avant le 23 novembre.

Plus d’information sur le site du colloque ici.

Journées régionales de l’archéologie des Hauts-de-France 7-8/12/2018

Les Journées régionales de l’archéologie des Hauts-de-France sont organisées par la DRAC – service régional de l’archéologie, en partenariat cette année avec le Louvre Lens. Elles se tiendront le vendredi 7 et le samedi 8 décembre prochains dans les locaux du musée du Louvre-Lens.

Ce rendez-vous annuel destiné au grand public est une occasion unique de découvrir l’actualité archéologique de la région et de rencontrer les acteurs de cette science. En effet, les archéologues de la région présenteront les résultats des principales fouilles archéologiques réalisées dans l’année et des programmes de recherche en cours, recherches largement inédites.

Cette manifestation offre l’opportunité de rencontrer et d’échanger avec les différents acteurs et institutions de l’archéologie régionale : DRAC/Service régional de l’archéologie, Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), services archéologiques de collectivités territoriales, universitaires, chercheurs du CNRS, opérateurs privés et bénévoles.

A noter, une présentation de préhistoire : vendredi 7 décembre, 10h10-10h30 – Waziers (59) : 130 000 ans à la recherche des bois perdus, David Hérisson (CNRS).

Vous pouvez télécharger le programme complet des journées ici.

Ces deux journées de conférences sont ouvertes à tous, gratuitement, dans la limite des places disponibles. Elles se prolongeront le dimanche 9 décembre avec la projection d’une sélection des meilleurs films documentaires sur l’archéologie présentés lors du festival du film d’archéologie d’Amiens qui s’est tenu début 2018.

Informations complémentaires :
Manifestation : Journées régionales de l’archéologie des Hauts-de-France 2018
Dates : vendredi 7 et samedi 8 décembre 2018
Lieu :
Louvre-Lens
99 rue Paul Bert
62300 Lens

Colloque MAE “Evolutions, évoluons-nous ?”, Auditorium de la Grande Galerie de l’Evolution, 13-14/12/18

Auditorium de la Grande Galerie de l’Évolution
Muséum national d’Histoire naturelle
Jardin des Plantes
36 rue Geoffroy Saint-Hilaire
75005 Paris

Colloque gratuit ouvert à tous, sans préinscription, dans la limite des places disponibles.

Colloque organisé par Frédérique CHLOUS (MNHN), André DELPUECH (Musée de l’Homme, MNHN), Philippe GERVAIS-LAMBONY (UPN, MAE), Isabelle SIDÉRA (CNRS, MAE)

Ce colloque, auquel nous souhaitons donner un relief scientifique et inter-institutionnel particulier, car il clôture l’année de célébration des 20 ans de la MAE, vise à faire jaillir de nouvelles approches et des manières inédites de traiter la question de l’évolution, que l’on aimerait voir déclinée ici dans de multiples approches, qu’elles soient archéologiques, biologiques, anthropologiques, écologiques, mais aussi historiques et littéraires, sur la base d’une forte diversité d’objets de recherche. Nous attendons des contributions aussi bien d’historiens que de géographes, archéologues ou sociologues, anthropologues, zoologues, écologues et biologistes sur des thématiques aussi larges que les objets, l’environnement, la spatialité, les systèmes, les problèmes de co-évolution, les êtres vivants, les populations, les relations entre humains et non-humains, la cognition et la pensée, etc. Comment penser les mutations passées, présentes et à venir, au-delà du paradigme évolutionniste et sans osciller entre progrès, régression et catastrophe ? Nous souhaitons traiter l’évolution selon des temporalités diverses, qu’elles se situent dans le passé, le présent ou le futur. Ainsi, les questions d’humain augmenté, d’intelligence artificielle ou de transhumanisme sont-elles légitimes à penser et à mettre en relation avec la mutation technologique actuelle autant qu’avec celles qu’ont connues les humanités passées. Dans cette perspective, la contribution de la littérature et des écrivains de science-fiction, qui questionnent l’imaginaire de l’évolution, proposent de l’exploiter différemment dans des scénarios alternatifs ou encore, forgent d’autres hypothèses de temps, permettrait d’introduire des éléments fictionnels. Nous espérons, au cours du colloque, faire naître des échanges qui reflètent la capacité de nos institutions à étendre la réflexion sur le temps long de l’histoire des sociétés humaines et leur imaginaire.

Pour en savoir plus, le programme à télécharger ou rendez-vous sur la page MAE consacrée :

http://www.mae.parisnanterre.fr/colloque-de-la-mae-2018/

Colloque “Toute une (pré)histoire en Somme”, Abbeville, 22-24/11/18

Un état des connaissances

La vallée de la Somme est depuis le XIXe siècle un terrain de première importance pour les problématiques relatives à la connaissance des peuplements et comportements à la préhistoire, que cela concerne les premiers peuplements comme les périodes plus récentes.

Les travaux scientifiques et historiques portant sur la vallée de la Somme et ses terrasses sont nombreux et ont fourni, ces dernières années, des données de première importance.

Depuis plusieurs décennies, les recherches menées sur le terrain, fortement stimulées par les opérations d’archéologie préventive, fournissent un grand nombre de données inédites qui permettent, entre autres, de préciser le cadre chrono-stratigraphique et culturel de la préhistoire de cette région, au regard de celles acquises dans le reste de la France ou dans les pays limitrophes.

Après avoir joué, au milieu du XIXe siècle, un rôle majeur dans la reconnaissance de la préhistoire en tant que discipline scientifique, le bassin de la Somme reste toujours au cœur des problématiques et des recherches sur les premiers peuplements humains en Europe du nord-ouest. Le cadre géologique, chronologique et paléoenvironnemental régional établi à partir des formations fluviatiles et éoliennes est, à ce jour, l’un des mieux connus au monde pour le dernier million d’années.

Ces dernières années, les recherches sur la préhistoire ancienne ont porté sur les premiers peuplements acheuléens (carrières Carpentier et Léon, Moulin Quignon à Abbeville) et sur le gisement de Caours qui livre des informations fondamentales sur l’environnement et les comportements de subsistance des Néandertaliens du dernier interglaciaire. Notre connaissance sur le Paléolithique supérieur est particulièrement bien documentée avec les nouvelles recherches menées sur le gisement gravettien d’Amiens-Renancourt qui livre de nombreuses statuettes féminines en craie, datées de 27 000 ans. Les occupations du Paléolithique final (Belloy-sur-Somme, Saleux, Conty…) et du Mésolithique (La Chaussée-Tirancourt, Hangest-sur-Somme…) ont fait l’objet de nombreux travaux synthétiques qui ont permis de situer de manière précise les occupations archéologiques dans leur contexte paléoéconomique, environnemental et culturel. Les études plus ponctuelles réalisées sur les sites néolithiques (Conty, Villers-Carbonnel, Bettencourt-Saint-Ouen…) ou protohistoriques témoignent d’un riche potentiel régional qui reste encore à exploiter pour une meilleure connaissance des peuplements récents de la vallée de la Somme à l’aube des temps historiques.

Ce territoire occupe également une place à part dans les études historiques portant sur les sciences de l’Homme et spécialement la construction de la préhistoire depuis le milieu du XIXe siècle. Autour des années 1850-60, la vallée de la Somme fut un des lieux de cristallisation des nouveaux questionnements autour de la haute antiquité de l’Homme. Certaines figures locales, comme Jacques Boucher de Perthes, ou sites, comme Saint-Acheul ou Moulin Quignon, représentent autant de jalons, qui mériteraient d’être réinterrogés à l’aune des derniers résultats de la recherche historienne. Au-delà des aspects strictement factuels ou biographiques, les découvertes faites à Amiens et Abbeville et leurs acteurs (locaux, nationaux, français, anglais) ont joué un rôle essentiel sur le plan épistémologique en orientant les pratiques et concepts fondateurs des sciences préhistoriques en Europe.

Objet scientifique, la préhistoire en vallée de Somme est aussi un objet patrimonial que ce soit à travers ses sites ou ses collections archéologiques dispersées en France et à l’étranger. En effet, ces pièces ont longtemps servi d’arguments et de vecteurs de communication au profit de la préhistoire émergente. Le mouvement actuel de valorisation de ces collections dites « historiques » est source de nouvelles problématiques scientifiques dans une perspective totalement pluridisciplinaire associant préhistoriens, historiens, archivistes, conservateurs. L’apport de l’histoire de l’archéologie préhistorique à la connaissance actuelle en préhistoire est une des questions vives.

Ce colloque pluridisciplinaire se fixe pour objectif premier d’établir un état des connaissances et des questions actuelles dans les domaines des études préhistoriques et de l’histoire de la préhistoire, à partir des travaux conduits et des découvertes réalisées. Il entend participer à la construction d’un point d’étape mais aussi mettre en lumière les interactions récentes et fructueuses entre préhistoire et histoire sur le plan de la recherche et de la valorisation des collections.

En complément, ce colloque sera l’occasion de se pencher sur la question de la préhistoire dans la cité, c’est-à-dire sur son ancrage territorial et social. Le chantier archéologique est souvent une réalité urbaine et appartient donc au quotidien des habitants d’Abbeville ou d’Amiens. L’appropriation passée et présente de la préhistoire par les populations locales – dès les années 1850 se développe un tourisme préhistorique – ou à travers des infrastructures de diffusion des connaissances (jardin archéologique de Saint-Acheul, Parc de Samara) est un phénomène à prendre en considération.

Il mérite d’être interrogé selon des perspectives variées (patrimonialisation, découpage territorial, médiation, offre culturelle et touristique, développement économique, implication des collectivités locales, etc.) et à travers une approche comparative, à une échelle géographique plus large. La question de l’intégration du patrimoine préhistorique dans l’économie et le tissu social des régions ayant joué un rôle phare dans la formation et le développement de la préhistoire constitue en soi une question qui permettra de confronter les expériences diverses (grottes ornées en Nouvelle Aquitaine ou en Occitanie, monuments mégalithiques en Bretagne, etc.).

Trois thèmes généraux sont donc définis pour cet appel à communications :

1. La vallée de la Somme comme référence dans la connaissance des peuplements et comportements à la préhistoire.

2. La vallée de la Somme comme modèle au XIXe siècle dans la construction de la préhistoire en tant que discipline.

3. La préhistoire (science, sites, collections, patrimoine, diffusion) comme élément structurant et de développement des territoires.

A noter, une communication le jeudi 22 novembre à 15h par David Hérisson et al., “Contribution des données de la Vallée de la Somme à la connaissance du Paléolithique inférieur et moyen“, le résumé est à lire ici.

Pour plus d’informations, allez sur le site du colloque :

https://pre-histoire.sciencesconf.org/

Soutenance de thèse d’Amir Beshkani le 20/11/2018

Chers tous et toutes,

J’ai le plaisir de vous convier à la soutenance de ma thèse de doctorat en Préhistoire, dirigé par M. Eric Boëda (professeur de l’Université Paris Nanterre) et qui a pour titre :

Analyse Techno-Fonctionnelle des Industries Lithiques Moustériennes des sites du Zagros : Les Grottes de Bisitun, Shanidar et  l’Abri Warwasi.

Elle se tiendra le Mardi 20 Novembre à 14h00, à l’université Paris Nanterre, bâtiment Grappin (ancien bâtiment B), salle René REMOND (voir plan du campus).

 Le jury sera composé de :

  • Mme Liliane MEIGNEN, Directrice de Recherche émérite, CEPAM UMR7264 – CNRS, Examinatrice
  • Mme Stéphanie BONILAURI, Chargée de Recherche, UMR 7194, Examinatrice
  • M. Sylvain SORIANO, Directeur de recherche CNRS, UMR 7041, Président du jury
  • M. Pascal DEPAEPE, Inrap – Directeur régional Hauts-de-France, UMR 7194, Rapporteur
  • M. Hubert FORESTIER, Professeur, Muséum National d’Histoire Naturelle, UMR 7194, Rapporteur

En résumé, le but de cette thèse est de fournir une nouvelle analyse des industries lithiques du Paléolithique moyen des grottes de Shanidar, Bisitun et de l’abri Warwasi. Ces gisements sont situés dans le centre de la chaine de montagne du Zagros, à l’ouest de l’Iran. Les nombreuses chaines du Zagros s’étendent du sud-ouest de l’Iran au nord de l’Iraq.

Les industries lithiques de la région du Zagros ont été fréquemment étudiées par les chercheurs (Coon 1951, 1957 ; Skinner 1965 ; Lindly 1997 ; Dibble, 1984, 1993). Cependant, leurs études sont basées sur une analyse typologique comparative offrant une vision fragmentaire des productions humaines et des outils qu’ils ont produits.

Cette analyse sera effectuée en utilisant une approche techno-fonctionnelle et a pour objectif de reconsidérer les chaînes opératoires, du mode de production des supports à l’utilisation des outils qu’ils soient bruts ou retouchés.

Mon objectif est aussi d’analyser sur le plan technologique les ensembles lithiques qui proviennent de différents sites archéologiques dans une perspective synchronique et diachronique. La chaîne opératoire sera appréhendée à travers deux nouvelles définitions de structures d’exploitation, les structures additionnelles et intégrées.

 Les objectifs sont les suivants :

  • dans une perspective synchronique, de repenser la chaîne opératoire en fonction de la finalité et des objectifs de l’outillage ;
  • dans une perspective diachronique, d’appréhender la singularité des comportements techniques humains, leur diversité et/ou leur variabilité au cours du temps, tout en recherchant les facteurs à l’origine de cette diversité :
  •  environnements : spécificités environnementales de la région du Zagros ;
  •  traditions techniques et culturelles ;
  •  “savoir-faire” et/ou “manières de faire”.

Les Hypothèses sont les suivantes :

  • La variété des racloirs est étroitement liée au sous-ensemble d’artefacts incisifs et à la géométrie de tranchant ;
  • Le modèle de réduction, proposé par Dibble, n’est qu’un mode de réduction  parmi d’autres au sein des assemblages du Moustérien du Zagros.

Un cocktail sera servi à l’issue de la soutenance, vous y êtes chaleureusement invité-e-s. Merci d’indiquer par courriel (A.Beshkani@gmail.com) votre présence à titre indicatif.

En espérant vous y croiser,

Amir Beshkani

Amir Beshkani
 
Doctorant 
Université Paris Ouest Nanterre La Défense
AnTET Anthropologie des Techniques, des Espaces et des Territoires au Pliocène et au Pléistocène
Maison de l’Archéologie et de l’Ethnologie
21 allée de l’Université
92023 Nanterre Cedex
FRANCE

Réunion scientifique de l’équipe AnTET 12-13/11.2018

La réunion scientifique de l’équipe AnTET s’est déroulée du 12 au 13 novembre 2018 au sein du bâtiment Max Weber sur l’université de Paris Nanterre.

Comme tous les ans, au-delà de la discussion des aspects administratifs et de gestion, la réunion a permis à tous les étudiants, doctorants, post-doctorants, enseignant-chercheurs et chercheurs de l’équipe AnTET d’échanger autour de l’avancée des travaux de chacun et faire un point sur les projets personnels et collectifs en cours et à venir.

Marine Massoulié nous a présenté les avancées de sa thèse intitulée “Le seuil de Bourgogne : interface culturelle au Paléolithique moyen récent ?”. Elle a particulièrement mis l’accent sur le site de La Mouillée, situé à Saint Quentin sur Nohain.

Marine Massoulié

Daniele Aureli a fait un bilan complet de ses activités de recherche intitulé “En remontant le temps: des lamelles uluziennes aux petits outils du Paléolithique inférieur dans le Sud de la péninsule italienne”. Il y a fait la part belle aux résultats obtenus au sein du programme ERCThe earliest migration of Homo sapiens in Europe and implications for Neandertal extinction”. Daniele a présenté ensuite les résultats obtenus sur :

Daniele Aureli

Sylvain Soriano a fait un point sur ses recherches menées en Italie en collaboration avec Paola Villa sur les gisements de Sedia del Diavolo et de Monte delle Gioie. Les analyses ont été menées de 2011 à 2015 dans le cadre d’un programme de recherche intitulé “Stability and change in Neandertal technology from MIS 9 to MIS 3 in Central Italy”, financé par la National Foundation Science. Les résultats obtenus ont été publiés récemment dans PLOS One (cf l’article à lire) et rebattent les cartes dans le débat actuel sur l’apparition et les premières occurrences du débitage Levallois en Italie, et plus particulièrement dans la région de Rome.

Sylvain Soriano

Giullia Ricci a présenté les résultats de sa thèse menée en co-tutelle avec l’université de Pise, intitulée “Tradition et innovations techniques chez les chasseurs-cueilleurs de la fin du Paléolithique et du Mésolithique ancien. Transformations techniques et stratégies techno-économiques des productions lithiques à partir de cas d’études en Italie du Sud”, et qu’elle a récemment et brillamment soutenue. Les résultats comme les perspectives sont prometteurs et invitent notamment à une analyse plus fine et large des ensembles classés sous l’étiquette d’Epipaléolithique indifférencié.

Giullia Ricci

Elise Cormarèche a fait un point sur son projet et ses avancées de thèse portant sur “Les comportements techniques du Gravettien dans leur cadre paléoécologique : des industries lithiques aux systèmes économiques”. Ses études s’appuient sur un corpus de quatre sites majeurs pour le Gravettien :

  • l’abri Pataud, Les Eyzies de Tayac, Dordogne, vallée de la Vézère
  • l’abri des Peyrugues, Orniac, Lot, vallée du Célé
  • le Taillis des Coteaux, Antigny, Vienne, vallée de la Gartempe
  • le Blot, Cerzat, Haute Loire, vallée de l’Allier

Elise Cormarèche

David Hérisson a présenté deux programmes de recherche ciblés sur deux secteurs géographiques français : le Poitou-Charentes d’une part et les Hauts-de-France d’autre part. Le premier projet vise à développer les recherches autour des premières occupations du seuil du Poitou, suite aux découvertes majeures faites sur le gisement de La Grande Vallée (Paléolithique inférieur ; cf le dernier article publié). Le second est un Projet Collectif de Recherches qui a vu le jour en 2018 et est coordonné par Emilie Goval (DRAC Hauts-de-France). Dénommé PaléHauts, ce projet a pour objectif l’ “enrichissement du cadre chronostratigraphique et archéologique des sites paléolithiques historiquement et récemment découverts en Hauts-de-France”.

David Hérisson

Louis De Weyer a présenté les résultats qu’il a obtenu sur le site de Nalai situé dans le bassin de Bose (Chine). Ses recherches ont été menées dans le cadre d’un post-doctorat passé dans le laboratoire de l’université Sun-Yat Sen à Guangzhou en Chine. Son projet visait notamment à identifier les changements chronologiques dans une région marquée par une “stagnation technique” durant le Pléistocène moyen et supérieur.

Louis De Weyer

Eric Boëda a poursuivi et clôturé les communications sur la Chine en présentant quatre sites dont ceux de Longuppo et de Renzidong. Ces sites attestent d’une très ancienne occupation de la Chine, plutôt continue, depuis plus de 2 millions d’années. Ces occupations posent la question des dynamiques des tout premiers peuplement de l’Asie et de l’Afrique et les relations ou l’absence de relation entre les deux continents.

Eric Boëda