Catégories
Activités Actualités

Rencontre scientifique CIFRE/ANRT «Paléoanthropologie et préhistoire : les origines de l’homme», Paris, 5/02/19

Le service Cifre de l’ANRT (Association Nationale de la Recherche et de la Technologie) organise une rencontre scientifique sous la présidence scientifique du Professeur Yves Coppens, portant sur le thème « Paléoanthropologie et préhistoire : les origines de l’homme ».

La conférence aura lieu le mardi 5 février 2019 de 17 à 19 h à l’ANRT, 33 rue Rennequin, 75017 Paris.

Lors de cette conférence, Elise Cormarèche présentera une communication concernant ses travaux doctoraux financés par une bourse Cifre, intitulée : “Diversité des comportements techniques et cynégétiques au Gravettien.”

Ci-dessous, vous trouverez le résumé de sa présentation.

Le Gravettien est la deuxième grande culture du Paléolithique supérieur. De l’Oural au Portugal, pendant près de huit millénaires, de 30 000 à 22 000 ans BP, dans les registres techniques, symboliques et artistiques, la culture matérielle du Gravettien est emblématique d’une très large unité géographique, considérée comme pan-européenne. Cette apparente unité géographique et culturelle masque toutefois la réelle complexité du Gravettien, comme en témoignent les multiples dénominations qu’il a pu porter, les différentes hypothèses sur ses origines et ses filiations, ainsi que la difficulté à reconnaître et ordonner ses différentes phases chronologiques. De nombreux travaux récents décrivent ainsi le Gravettien comme une mosaïque culturelle aussi bien dans le temps que dans l’espace.

C’est à partir de ce constat, en apparence paradoxal, que nous avons bâti notre problématique scientifique : comment définir une culture paléolithique à travers le prisme de la culture matérielle ? Quel degré de résolution chronologique et géographique peut-on atteindre pour décrire et comprendre de subtiles variations de faciès ? Quelles sont les causes de ses variations ? Notre approche s’appuie sur l’étude technologique d’un corpus d’industries lithiques, avec une attention particulière portée à la production des pointes de projectiles au Gravettien récent (25 000-22 000 BP). En effet, cette phase du Gravettien présente une importante diversité de comportements techniques, avec des équipements cynégétiques très variés, alors que la chasse est très largement tournée vers une seule espèce : le Renne.

Au Gravettien, et plus particulièrement au Gravettien récent, l’équipement cynégétique lithique marque un tournant par rapport aux périodes antérieures et occupe une place importante au sein des systèmes techniques. Les très nombreux types de projectiles sont intégrés à des systèmes composites et nécessitent une normalisation morphologique stricte, structurant l’ensemble de la chaine opératoire, du choix de la matière première jusqu’à leur emmanchement. Ils sont alors considérés comme de bons proxys des variations techno-économiques.

Afin de prendre en compte toutes les causes possibles de cette variabilité, notre corpus d’étude intègre quatre sites documentant, de façon diachronique, différentes fonctions cynégétiques et domestiques. Ils correspondent à des implantations humaines dans un grand quart sud-ouest de la France : L’abri Pataud (Les Eyzies de Tayac, Dordogne, vallée de la Vézère), l’abri des Peyrugues (Orniac, Lot, vallée du Célé), Le Blot (Cerzat, Haute Loire, vallée de l’Allier) et le Taillis des Coteaux (Antigny, Vienne, vallée de la Gartempe).

Nos résultats apportent des pistes de réflexions sur les identités techniques des derniers Gravettiens et sur les variations des modes de vie des chasseurs-cueilleurs du Paléolithique supérieur.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.